Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La puissance du baptême : quand un bébé mort revient à la vie

Jeffrey Bruno
Partager

" Lorsque j’ai reçu le baptême, le Seigneur m’a sortie du tombeau ", raconte aujourd'hui celle que l'on donnait pour morte. Ce véritable miracle du baptême est survenu au Chili, en 1957.

27/05/2014
 

Nous sommes en 1957. Une épidémie de grippe fait des ravages au Chili, tuant des centaines de personnes. A Valdivia, la famille  Eschmann Melero  a pris les précautions nécessaires pour éviter que leurs deux petites filles courent des risques. Mais  María Soledad, un bébé de 45 jours à peine, inquiète sa mère, en refusant de s’allaiter.

 

57 ans plus tard, c’est Maria Soledad elle-même qui raconte à
Portaluz  l’histoire que sa famille lui a transmise de ces jours où maladie, mort et grâce surnaturelle ont abouti à un fait extraordinaire qui allait la marquer à jamais, elle et sa famille: la certitude que Dieu existe et qu’Il nous aime.

 


Le diagnostic et la condamnation 

Elle raconte : peu de temps après son refus de s’alimenter, vomissements, diarrhée et pleurs manifestent une aggravation de l’état du bébé. Sans hésiter, sa mère Alicia l’amène à l’hôpital de Valdivia. Les moyens dont dispose l’hôpital sont précaires, comme le sont alors les traitements pharmacologiques pour venir à bout  des effets de la grippe sur la petite…
« On m’hospitalisa deux fois et, lors de la dernière hospitalisation, le médecin dit à ma mère :
« Ramenez votre fille à la maison parce que nous ne pouvons rien pour elle …»,  relate María Soledad, d’après le récit que lui en a fait sa mère des années plus tard.

 

Alicia quitte l’hôpital, sa fille dans les bras. Le bébé ne pleure plus, mais est pâle et faible, et petit à petit perd conscience. « 
Vers une heure de l’après-midi, ma mère court avec le bébé jusqu’à une pharmacie proche, espérant y trouver une aide. Je ne réagissais pas, j’étais mourante et ils n’ont rien pu faire à la pharmacie ».

 


L’espoir s’effondre

Accablée par le diagnostic du  médecin qui avait condamné la petite fille et voyant que celle-ci ne respirait plus, Alice court, en larmes, chez ses parents. « 
sur le chemin, elle s’arrête  dans une boutique familiale et avertit frères et oncles que j’étais dans un état grave, et elle m’a portée à la maison dans ses bras. Aussitôt sont arrivées ma grand-mère et ma sœur ».

 

La maison se remplit de voisins alertés par les pleurs des femmes.
« A un moment, ma mère tombe par terre, évanouie.  Aussitôt, les voisins commencent à préparer une table pour  me changer et me veiller, me considérant comme morte. Un couple de voisins emmène ma mère dans la chambre, où il y avait une image de la Vierge de Lourdes. Ma mère raconte qu’elle a imploré en sanglotant la Vierge d’intercéder auprès de Dieu, afin que je  ne m’en aille pas ».

 


A la rencontre de Dieu  

Brouhaha dans la maison  … En proie à une crise nerveuse, Alicia hurle, perdant tout contrôle et les voisins ont décidé de l’emmener à l’hôpital… La petite git sur la table du salon quand entre dans la pièce Sara, sœur  de Alicia  qui, informée de ce qui arrivait à sa nièce, n’avait en tête qu’une seule certitude dès le premier instant…

 

 Il était près de 14 h, le 25 janvier 1957, quand ma tante me prend sur  la table, court à la paroisse Notre Dame du Carmen  et frappe à la porte. Le prêtre américain Enrique Angerhaus ouvre et écoute la demande impérative
« Je vous en prie!  Vous devez baptiser sur-le-champ ma nièce, elle ne respire plus, elle agonise! » Mon corps, totalement froid, ne donnait pas signe de vie. Alors le prêtre prépare les objets, sort le Saintes Huiles. Les gens qui étaient dans la maison, ont couru derrière ma tante et il y a beaucoup de monde dans l’église »
 
 
 
     
     

 
La vie qui coule dans le sacrement  

 Comme si c’était hier, Maria explique en détail que, dans un tel moment, ils n’avaient pas pensé aux  parrain et marraine, aussi ma tante a demandé à un voisin et une dame qui se trouvait là de tenir ce rôle. Quand le prêtre a posé son doigt pour oindre la petite Maria Soledad avec l’huile sainte, ceux qui se trouvaient là ont été témoins d’un fait extraordinaire :

« 
J’ai pris une respiration profonde, puis une autre au moment où, au-dessus des fonds baptismaux, on me versa sur la tête l’eau bénite. Le prêtre, sous le choc comme tous ceux qui étaient présents, m’a soulevée, les bras en l’air, face à l’assemblée, a  dit : « Le Seigneur a  montré sa miséricorde envers elle et l’a ramenée à la vie ! », témoigne María Soledad.

 

Ceux qui étaient présents ont été témoins d’un fait qui a marqué la vie de la famille de Maria Soledad et que, aujourd’hui encore, elle se rappelle avec émotion. « 
Lorsque j’ai reçu le baptême, le Seigneur m’a sortie du tombeau. Nous en parlons encore avec mes sœurs et je dis que je suis comme Lazare, car le Seigneur m’a sortie du tombeau et je suis revenue à la vie ».

 

Tout au long de sa vie, María Soledad Eschmann est demeurée ferme dans la foi et membre actif de l’Eglise. Avec son mari et les deux enfants que Dieu lui a confiés, elle vit à Punta Arena, ville méridionale du Chili et est un membre fidèle du Renouveau charismatique. Louer et remercier constituent un acte quotidien de son cœur reconnaissant. « 
Dans le baptême, souligne-t-elle pour conclure,
le Seigneur se manifeste avec une puissance d’amour inimaginable » Nul  doute qu’elle est un témoin privilégié de cette vérité.

Article traduit de l’édition espagnole par Elisabeth de Lavigne

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]