Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 29 septembre |
Saint Gabriel
home iconPolitique
line break icon

Elections européennes : pourquoi il faut aller voter

European Parliament / Flickr / CC

<h1 class="photo-title" id="title_div">EP conference: social media and the 2014 European elections</h1>

Philippe Oswald - Publié le 24/05/14

Le climat d’euroscepticisme dans lequel se déroulent ces élections ne doit pas nous dissuader d’y participer. Au contraire, dans ce désert d’idées, ceux qui ont des convictions et une vision de l’homme n'en auront que plus de poids.

25/05/2014

Rarement débat n’aura été si confus et si désorientant qu’en ces élections européennes. Les grands partis politiques, à l’exception du FN, se disent tous pro-européens, mais se divisent sur le cap à suivre, non seulement entre eux, mais en leur sein. Tout le monde convient que le chantier est en panne, mais aucun diagnostic cohérent ne se dégage, faute d’une vision claire de ce que devrait être la Communauté européenne. Comment guérir un malade quand on ne sait pas définir la santé ?

 A l’heure du scrutin, il n’est plus temps de refaire le monde -ou du moins l’Europe- et de ressasser tous les maux qu’on lui attribue à tort ou à raison. Le plus évident est une dérive libérale-libertaire qui tourne le dos à l’inspiration des pères fondateurs, et accable les peuples en leur imposant d’une façon plus oligarchique que démocratique le culte du dieu Euro. L’Europe a trahi un projet qui mettait en exergue la paix, la solidarité, la prospérité, et privilégie en réalité la compétition, au détriment des plus petits et des plus faibles. Mais elle renonce aussi à se protéger elle-même dans la guerre économique, et ne parvient pas à élaborer une défense commune contre une agression terroriste ou militaire, comme si elle n’attachait guère de prix au sort des peuples et des nations qui la composent. Elle a développé une bureaucratie tatillonne et souvent insupportable. Elle a favorisé l’individualisme et le matérialisme, et dévalorisé l’appartenance à la communauté européenne.

Cela dit, chaque Français peut rapidement faire l’inventaire de ce dont il a souffert ces dernières décennies et contre quoi il a lutté, pour se demander si ces maux venaient de Bruxelles ou de Paris. L’Europe est-elle responsable de la loi Veil qui a ouvert la boîte de Pandore contre la vie de l’enfant, de la loi Gayssot instaurant chez nous le délit d’opinion, de la loi Taubira qui a provoqué la vague des manifestations les plus massives jamais vues en France depuis trente ans ? Est-ce l’Union européenne qui nous a imposé cette laïcité qui serait mieux nommée antichristianisme et athéisme d’Etat ? N’est-ce pas plutôt le gouvernement français qui fit campagne contre l’inscription des racines chrétiennes dans la Constitution européenne ? Devons-nous à un diktat de Bruxelles cette fonction publique écrasante qui place la France en tête du palmarès mondial du nombre de fonctionnaires ? Faut-il imputer aux bureaucrates européens l’étranglement fiscal des emplois à domicile qui les a taris en quelques mois et fait exploser le travail au noir ? Devons-nous accuser l’Europe de la débilité de nos syndicats, du marasme et des dérives idéologiques de notre instruction publique, de notre incapacité à mettre sur pied l’apprentissage qui donnerait enfin un vrai travail à des millions de jeunes français ? Est-ce grâce à l’Europe que l’Allemagne vend ses machines outils dans le monde entier et à cause de l’Europe que l’industrie française décroche ? Et que dire de l’état de notre justice ? La Cour européenne de justice n’a-t-elle pas protégé plus d’un citoyen français contre l’arbitraire de nos tribunaux infiltrés par des idéologues, flattant les lobbies ou aux ordres de l’Etat ? 

Cela ne dédouane évidemment pas l’Europe de son « apostasie », et n’empêche pas que les mêmes idéologies profondément anti-humanistes et anti-chrétiennes qu’une certaine France cultive et affectionne soient solidement implantées à Strasbourg et à Bruxelles. Mais elles sont combattues au sein même des instances européennes, notamment grâce à l’"initiative citoyenne", dispositif démocratique inconnu de notre République, qui a permis à l’initiative One of us/Un de nous de réaliser la première pétition européenne .

  • 1
  • 2
Tags:
élections
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
2
Anna Ashkova
Prière à saint Côme et saint Damien pour demander une guérison
3
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
4
MATTHEW CARAVAGGIO
Abbé Gaëtan de Bodard
Comment le Seigneur veut la première place dans nos vies
5
Anne Bernet
Entre Vincent de Paul et Catherine Labouré, une amitié d’éternité
6
Bérengère de Portzamparc
À Lyon Mgr de Germay reçoit le pallium et met le cap sur la missi...
7
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement