Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Voyage du Pape en Terre Sainte : les 7 signes clés

Sabrina Fusco
Partager

À la veille du départ du Saint-Père pour la Terre Sainte, voici les sept signes qui devraient marquer ces trois jours intenses.

23/05/14

Le voyage du Pape en Terre Sainte, qui se déroulera du 24 mai au 26 mai, marque son second déplacement international depuis les JMJ de Rio en juillet dernier. Très attendu par les différentes communautés chrétiennes, de même que par de nombreuses personnalités politiques dans un contexte où la paix semble encore un horizon lointain, François devrait encore une fois, par sa simplicité et sa sincérité, combler les attentes de ces populations souvent meurtries. Voici déjà quelques gestes clairement annoncés par ce dernier, et qui laissent songer à un voyage unique en son genre : 

1) Son engagement en faveur du dialogue œcuménique et interreligieux
La vocation première de la visite est œcuménique puisqu’elle commémore les 50 ans de la première rencontre et de l’accolade à Jérusalem entre le pape Paul VI et le patriarche orthodoxe Athénagoras (cf. Aleteia). L’accolade à venir entre l’évêque de Rome et Bartholomée Ier, patriarche orthodoxe de Constantinople, concrétise également le travail de longue haleine de ses prédécesseurs, depuis le Concile Vatican II.
En outre, le pape François signe un acte inédit en se faisant accompagner d’un juif et d’un musulman : le rabbin argentin Abraham Skorka, et le professeur Omar Abboud, président de l’Institut pour le dialogue interreligieux de Buenos Aires. Jamais auparavant une délégation papale n’avait inclus d’autres représentants religieux pour un tel voyage.  (cf. Aleteia)
 
2) Son refus d’être transporté en véhicule blindé
Les mesures de haute sécurité mises en place limiteront fortement le nombre de fidèles qui pourront assister aux célébrations du Pape : seules 20 000 personnes pourront assister à la messe prévue au stade de la ville de la capital jordanienne, et environ 400 pourront se rendre sur le site du baptême du Seigneur, sur les rives du Jourdain. De même, 10 000 fidèles  seulement pourront assister à la messe du Saint-Père à Bethléem,  à la basilique de la Nativité. C’est pour cette raison que François a décidé qu’il n’y aurait pas en plus une voiture blindée pour le séparer du people qui attend tant de sa visite. Invité à commenter cette décision, le nonce apostolique en Israël, Mgr Giuseppe Lazzarotto, a affirmé que c’était pour les gens « la seule possibilité de voir le Pape de près ». « Il refuse par principe de le faire, parce que cela signaliserait la peur et enverrait le mauvais message aux gens », a-t-il ajouté (cf. Aleteia). A noter qu’à Rio, le Pape s’était également déplacé en véhicule ouvert.
 
3) Les gens qui souffrent et les plus démunis seront sa priorité
 En se rendant samedi sur le site du baptême de Jésus à Béthanie sur les rives du Jourdain, François – qui s’est mobilisé pour la paix en Syrie en septembre dernier – passera un moment auprès des réfugiés syriens et des jeunes handicapés. Par ailleurs, ce dernier a décidé de déjeuner en compagnie de familles chrétiennes pauvres de Bethléem dimanche (cf. Aleteia). Ce signal fort et original n’est pourtant pas inédit : François avait fait la même chose à Assise en octobre dernier, alors qu’il était prévu qu’il déjeune avec des évêques : « les évêques, je ne veux pas les voir parce que je les vois tout le temps, je veux voir un peu des gens normaux », avait-il annoncé. Son message est clair, l’Église doit se tourner vers les pauvres de l’évangile. Au total, 70 personnes participeront à ce repas, et partageront avec le pontife un menu qu’il a souhaité simple (cf. Aleteia).
 
4) Son intimité spéciale avec le judaïsme
Le fait que le rabbin Skorka, un ami de longue date, accompagne le successeur de Pierre dans son pèlerinage apostolique est une avancée sans précédent.

Pages: 1 2 3

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]