Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 juillet |
Saint Samson
home iconÉglise
line break icon

Pape en Terre Sainte : l’absence remarquée de l’Église orthodoxe russe

AFP PHOTO / VICTOR DRACHEV

BELARUS, Minsk : Russian Orthodox Patriarch Kirill I gives a speech as he attends the unveiling of a monument to Orthodox Patriarch Alexy II during his visit in Minsk on October 14, 2012. AFP PHOTO / VICTOR DRACHEV

Solène Tadié - Publié le 23/05/14

Alors que la rencontre prévue le 25 mai entre le pape François et le patriarche œcuménique Bartholomée suscite l’enthousiasme chez les différentes communautés chrétiennes, l’Église orthodoxe russe ne compte pas rejoindre le mouvement.

23/05/14

Ce voyage du Pape en Terre Sainte est officiellement voué à commémorer la rencontre œcuménique entre le pape Paul VI et le patriarche orthodoxe Athénagoras à Jérusalem en 1964. Dans un contexte mondial particulièrement tendu où le totalitarisme sévissait encore, l’accolade entre les deux hommes marquait le commencement d’une amitié durable entre catholiques et orthodoxes. 50 ans plus tard, la démarche du Pontife se justifie par la volonté forte de consolider la fraternité existante entre les deux poumons de l’Église. Ce pèlerinage apostolique est le symbole de l’œuvre œcuménique opérée avec l’orthodoxie au cours des dernières décennies, et particulièrement depuis Vatican II (cf. Aleteia).  

La rencontre a suscité des nombreux temps d’échange entre catholiques et orthodoxes dans le monde, et en France notamment. La délégation du Patriarcat regroupera tous les principaux dignitaires orthodoxes du monde : l’Archevêque Démétrios d’Amérique, le Métropolite Gennadios d’Italie et de Malte, le Métropolite Jean de Pergame, le Métropolite Iakovos des iles des Princes, le Métropolite Emmanuel de France, le Métropolite Gennadios de Sassime, l’Archevêque Job de Telmessos, le Révérend Archimandrite Bartholomée Samaras, le secrétaire en chef du Synode, le Révérend Maximos Vgenopoulos, Archidiacre, le Révérend Andreas Sofianopoulos, Diacre, Theodore Angelopoulos, Le Grand Logothète et enfin M. Muhtar Kent.

La question russe
Parmi tous ces représentants, on ne peut que remarquer l’absence de la plus grande et de la plus influente église orthodoxe du monde, l’Église russe. D’après Pravmir.com, la plateforme mondiale de l’orthodoxie, cette absence se justifierait par la méfiance que celle-ci aurait à l’égard du rapprochement mutuel que Bartholomée et François ont engagé.
Cette méfiance serait avant tout d’ordre politique, dans le contexte du refroidissement des relations entre l’Europe et la Russie dans le dur conflit qui secoue l’Ukraine depuis des mois. Le métropolite Hilarion, en charge des affaires étrangères de l’Église orthodoxe russe, s’est ainsi exprimé pour évoquer l’absence d’un représentant russe en Terre Sainte: « Tous ces regrettables événements… nous ont renvoyés aux temps où les catholiques et les orthodoxes ne se considéraient pas comme des amis mais comme des ennemis ». En se référant à L’Église grecque-catholique ukrainienne, le métropolite a déploré le soutien que celle-ci a apporté aux mouvements pro-européens : « C’est devenu, une fois encore…un immense obstacle à toute progression de nos relations bilatérales ».     

Des dissensions persistantes au sein de l’Orthodoxie
À une heure où l’espoir de réparer le Grand Schisme de 1054 est proche, ce geste apparaît comme un coup de canif dans ce qui était une volonté commune affichée de vouloir rassembler toutes les églises orthodoxes du monde, dépourvues d’un représentant officiel, et d’accentuer la fraternité avec l’Église catholique.
Le 8 mars dernier,  les primats des Églises orthodoxes réunis en synaxe à Istanbul, avaient en effet annoncé la tenue d’un grand Concile panorthodoxe, réunissant toutes les Églises orthodoxes autocéphales qui se reconnaissent comme tel entre elles (14 Églises). Le Concile devrait avoir lieu à la Pentecôte 2016, mais déjà le refus du patriarche d’Antioche– Jean X- de signer le communiqué officiel du synode est venu assombrir l’horizon de cette rencontre fédératrice. Il semblerait que les dissentiments internes à l’Église orthodoxe soient encore plus délicats à surmonter que la mise en place et l’officialisation de son rapport œcuménique avec l’Église catholique.

Tags:
bartholomee ieroecumenismeorthodoxesPape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement