Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 16 mai |
Saint Honoré
home iconActualités
line break icon

La Terre Sainte attend le Pape qui « porte la liberté en lui »

© Public Domain

La rédaction d'Aleteia - Publié le 23/05/14


On a souvent parlé de relations diplomatiques entre le Vatican et le Moyen-Orient. Comment la visite pourra-t-elle contribuer positivement aux relations institutionnelles entre Israël et le Saint-Siège ? Quel est l’impact qu’elle peut avoir sur le processus de paix ?
Père Pizzaballa : Il est très difficile de répondre à cette question pour l’instant. Nous ne pourrons dresser de bilan qu’après la visite. Disons que le pape François n’est pas un diplomate. Nous parlions justement de sa liberté, et un diplomate ne peut pas toujours être libre comme l’est le pape François en public. Le sens et la nature de la visite sont principalement spirituels et pastoraux, avant d’être diplomatiques. Je crois néanmoins que la visite du pape sera un encouragement, pour la communauté chrétienne avant tout, et nous écouterons certainement aussi ses invitations, adressées à toutes les parties, afin qu’elles se rencontrent et qu’elles dialoguent. Je ne pense pas que l’on obtiendra plus que cela. Le Pape ne peut apporter la paix. Personne ne peut l’apporter de l’extérieur. Les personnes extérieures, le Pape en particulier, peuvent aider, mais la paix doit se construire ici. 

Pour en revenir à l’actualité, il y a eu récemment des menaces à l’encontre de l’Église locale, en particulier la lettre de menace adressée au Vicaire patriarcal de Nazareth. Selon vous, est-ce qu’il s’agit d’incidents isolés ou a-t-on vraiment quelque chose à craindre ?
Père Pizzaballa : Il ne doit pas y avoir d’espace pour la peur et la crainte. Ce ne sont pas des incidents isolés. Les médias en parlent beaucoup parce qu’il y a la venue du Pape en préparation, mais ces sont des événements qui durent depuis un certain temps déjà. Même à Jérusalem, il y avait des épisodes dont on n’a pas parlé, parce que les médias n’ont pas voulu en faire mention surtout à cause de la question du mont Sion, du Cénacle, et du quartier arménien. En résumé, il y a des problèmes. Nous assistons à une sorte de polarisation, à la fois entre juifs, israéliens, de même qu’au sein de l’islam. Cependant, il s’agit de franges extrémistes qui ne sont pas représentatives de la population. C’est pour cela qu’il est très important de travailler dans le domaine de l’éducation, comme on ne cesse de le répéter, avec la police et avec les autorités politiques afin que ces minorités restent isolées. 

Le Pape déjeunera avec quelques familles chrétiennes de Bethléem. Que veut-il exprimer par ce choix particulier, pour ne pas dire unique?
Père Pizzaballa : C’est un choix unique effectivement, mais ce n’est pas une nouveauté. Il a fait la même chose à Assise. Il était prévu qu’il déjeune avec les évêques. Il a dit « les évêques je ne veux pas les voir parce que je les vois tout le temps, je veux voir un peu des gens normaux ». Et il a fait la même chose ici à Bethléem, en se mettant en grande difficulté si je peux me permettre (dit-il dans un sourire), parce qu’ici, faire un choix parmi les familles pauvres n’est pas une mission aisée. Beaucoup resteront dehors. Je pense que le signal est très clair, l’Église doit se tourner vers les pauvres de l’évangile. Ce n’est bien entendu pas suffisant, mais c’est un geste qui s’adresse également à l’ensemble de l’Église, surtout à cette église locale.

Quel effet cela fait de rencontrer un pape qui s’appelle François lorsqu’on est franciscain? 
Père Pizzaballa :  Cela fait un certain effet, c’est sûr. Surtout au début, lorsque nous avons appris son élection et le nom qu’il avait choisi. Nous nous sommes demandé si c’était vrai ou si nous avions mal entendu. Puis avec le temps, on pénètre un peu dans cette dynamique qui est stimulante. Le pape François nous renvoie vers les pauvres, et les Franciscains ont cette responsabilité, pas celle de l’assistanat mais celle du partage, de la solidarité, celle de prendre en considération cet aspect de la vie de l’Évangile, qui est une partie intégrante de notre charisme. C’est un rappel très fort qui vise à ne pas nous faire perdre notre socle fondamental, en particulier pour nous ici en Terre Sainte car nous avons beaucoup d’activités, de toutes sortes. Car il y a toujours le risque de se perdre, le risque existe pour tout le monde, y compris pour nous. Le point focal est l’amour envers les pauvres, ce qui signifie l’amour envers le Christ. L’oublier revient à séparer spiritualité et amour envers le Christ, et oublier les pauvres.

Propos recueillis par Corrado Paolucci, traduction de Solène Tadié

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Pape FrançoisTerre sainte
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
FIRST COMMUNION
Edifa
Les écueils à éviter avant et après la première communion de son ...
3
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
4
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
JOHN PAUL II FATIMA
Agnès Pinard Legry
La Vierge de Fatima a-t-elle sauvé la vie de Jean Paul II ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement