Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 janvier |
Saints Marius, Marthe, Audifax et Abachum
home iconActualités
line break icon

La Terre Sainte attend le Pape qui "porte la liberté en lui"

© Public Domain

La rédaction d'Aleteia - Publié le 23/05/14

Le Père Pizzaballa, custode de Terre Sainte, qui connaît bien le pape François, confie à Aleteia les attentes des chrétiens à quelques jours de cette visite historique. "Il ne doit pas y avoir d'espace pour la peur", dit-il.

23/05/14

À quelques jours du voyage du Pape en Terre Sainte, Aleteia a recueilli les impressions du custode de Terre Sainte, le père Pierbattista Pizzaballa, sur l’impact que la venue de François pourrait exercer sur toutes les communautés présentes en Israël, de même que sur les récentes intimidations subies par les chrétiens.

Comment la communauté chrétienne locale se prépare-t-elle à l’arrivée du pape François ?
Père Pierbattista Pizzaballa : Elle se prépare à deux niveaux. Le premier, qui est sans doute le plus visible, est celui de la préparation technique, pratique, diplomatique, et des infrastructures. Tout cela exige toujours beaucoup d’efforts. Et sur ce point, je dois dire que la communauté chrétienne a été très active, même dans la contribution économique. Toutes les communautés ont organisé une collecte afin d’aider. L’autre aspect, certainement plus important, est celui de la prière, dans les paroisses, dans les groupes paroissiaux, au cours des messes, dans les communautés religieuses, en particulier les contemplatives. Une prière non seulement pour le succès de la visite, mais aussi pour qu’elle puisse apporter des bienfaits dans la vie de l’Église.

Le Pape, successeur de Pierre, se rend là où tout a commencé. Quel est le message pour l’Église universelle ?
Père Pizzaballa : Je pense que déjà le geste en lui-même, de retourner à Jérusalem, est important. Jérusalem, là où tout a commencé. Et il n’y aura pas que le pape à Jérusalem, il y aura aussi le patriarche de Constantinople, qui est le point de référence, le chef de l’Église orientale. Les deux poumons de l’Église, de l’Ouest et de l’Est, se rejoignent à Jérusalem, je pense que cela signifie beaucoup. Jérusalem nous rappelle aux origines, aux racines, à la beauté et à la pureté de l’Évangile et du christianisme, qui au cours des derniers siècles, a blessé et divisé. Le fait de tous retourner à Jérusalem signifie regarder avec nostalgie cette unité vers laquelle nous devons tous nous orienter, surtout en regardant Jésus comme la source et l’origine de notre foi.

C’est le deuxième pontife qui vous rencontrez depuis que vous êtes custode. Quelle impression gardez-vous de la rencontre avec Benoît XVI ? Et qu’attendez-vous de celle avec François ?
Père Pizzaballa : Ce sera ma troisième visite papale. J’ai reçu Benoît XVI en Terre Sainte et à Chypre, et maintenant François, à nouveau en Terre Sainte. Ce sont donc trois visites toutes très différentes les unes des autres. Connaître les papes de plus près permet de connaître un aspect de leur humanité qui n’est pas toujours connu. La sérénité, la disponibilité, la facilité du Pape Benoît m’a beaucoup frappé à Jérusalem, mais surtout à Chypre. Sa fragilité aussi, d’un point de vue humain, mais toujours vécue avec beaucoup de sérénité. Le pape François, que j’ai déjà rencontré et que je connaissais avant qu’il ne devienne pape, m’a toujours marqué par sa simplicité, sa franchise, et sa fiabilité. Il est très simple et très accessible, c’est également perceptible dans ses gestes qui sont maintenant connus de tous. C’est quelqu’un que jamais personne ne pourra mettre dans un moule car il est très libre, et il exprime cette liberté avec beaucoup de franchise et je pense que c’est positif pour toute l’Église.

Pourquoi François est-il si libre ? D’où lui vient cette liberté ?
Père Pizzaballa : Le pape François a la liberté en lui. Une liberté qui naît naturellement d’une sérénité humaine, mais aussi d’une relation avec Jésus, avec le Seigneur, qui est très forte et qui bâtit des certitudes, la foi, les relations. Tout le reste devient secondaire lorsque nos certitudes sont fortes. Rien d’autre ne peut prendre le dessus sur nous.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Pape FrançoisTerre sainte
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Rachel Molinatti
Avec ToonMe, découvrez des saints animés !
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans vot...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droi...
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement