Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Elias, le chef qui cuisinera pour le Pape François à Bethléem

© Corrado Paolucci/Aleteia
Partager

Il aime la cuisine italienne, mais c’est surtout un expert en plats orientaux. Voici en avant-première le menu du déjeuner que le Pape partagera avec les familles de Bethléem.

23/0572014

« Mon équipe et moi sommes très émus, nous avons su il y a seulement trois semaines que nous devions préparer ce repas. Mais nous sommes prêts et serons très professionnels, car le Pape n’a encore jamais goûté notre cuisine. Nous  allons commencer demain à préparer les plats pour dimanche ». Elias, arabe catholique de 33 ans, chef cuisinier à l’occasion du repas que le Pape François prendra avec les familles pauvres de Bethléem.

L’amour du détail
« Nous serons 7 cuisiniers pour 70 personnes. Le Pape veut un menu simple  et nous ferons ce qu’il nous demande, en mettant tout notre amour dans la préparation ; tout sera soigné dans les moindres détails,  en cherchant à créer  un mélange entre la cuisine locale et un style gourmet ».

Le menu
Le menu respectera donc la tradition palestinienne : « Comme entrée : une salade paysanne composée de figues, de roquette et d’autres légumes frais de saison. Ensuite, des hors d’œuvre variés chauds et froids », continue Elias. « Puis ce sera le filet de bœuf  sur le gril. Et enfin les pâtisseries palestiniennes typiques faites maison, comme le baklava, plus une délicieuse glace à la pistache  confectionnée avec des ingrédients italiens."

Le Pape témoin du Christ
Elias est un grand admirateur du pape François : « Je suis tout ce qu’il dit, tous les jours. Il est le premier témoin du christianisme et je suis certain que, lorsqu’il arrivera sur cette terre, il réalisera la souffrance de notre peuple ». Si Elias avait l’occasion d’échanger deux mots avec le Pape,  que lui dirait-il ? : « Je lui demanderai d’aider les chrétiens locaux, de faire quelque chose pour alléger les souffrances de tous ».



Article traduit de l’édition italienne d’Aleteia par Elisabeth de Lavigne