Aleteia

Comment attirer les gens à la messe ?

© Gustavo Kralj / Gaudium Press
Partager
Commenter

En préservant l’identité propre du Mystère et en soignant la forme du sacrement.

19/05/14

Comment attirer plus de gens à l’Eucharistie ? Comment évangéliser par les temps qui courent, alors que tant de choses ont changé autour de nous ? Le blogueur américain Marc Barnes propose un chemin  intéressant : mettre l’accent sur la préservation de l’identité propre au mystère, et soigner la forme du sacrement afin que la liturgie ne finisse pas par ressembler au reste de la culture et perde de vue le singulier (et l’inégalable) apport qu’elle représente pour la vie.
 
Selon Marc Barnes, une tendance actuelle est de « présenter la Divine Liturgie  sur un mode de similarité », ce qui peut se comprendre  quand l’intention est de la rapprocher des gens et de les attirer. Et il cite un exemple « la musique de la Messedevient semblable à la musique de la culture … Les vêtements que nous portons pour aller à la messe sont semblables à ceux de tous les jours ». D’autres éléments tels que la façon de se tenir, la langue, l’architecture, peuvent également se présenter, d’où la question que pose Marc Barnes : «  Qu’est-ce que la similarité a à voir avec la façon dont les gens rencontrent l’Eucharistie ? Qu’est-ce qu’elle a à voir  avec le message ? ».

Similitude et différence 
Pour répondre à cette question, M. Barnes établit une comparaison entre le rapport des fidèles au sacrement et l’amour humain.  Le fait qu’un homme et une femme peuvent « avoir des choses en commun » leur permet de se connaître au début, mais la différence entre les deux est précisément ce qui engendre le désir d’une communion plus profonde et l’éventuelle union « de deux vies entièrement uniques et différentes ». En appliquant l’exemple à l’évangélisation, Barnes suggère que « puisque je suis habitué à quelque chose, je ne crains pas d’y participer, et dans ce sens une liturgie de similarité fonctionne ».Cependant,  fait-il remarquer, « quand  je ne suis pas habitué à quelque chose, parce que celle-ci est totalement différente, je suis poussé à entrer dans le cœur d’un mystère ». Ce qui ne s’épuise pas au premier regard attire davantage, les contraires s’attirent, les contrastes sont plus attractifs.

À propos de la liturgie et de la façon de la rendre attrayante, il faut, selon M. Barnes, soigner la forme afin que le message ne soit pas altéré, puisque l’objectif de cette liturgie « n’est pas simplement d’être là, mais de ‘tomber amoureux’ ». C’est pourquoi, son mystère doit être préservé. « La similarité  engendre le confort car il n’exige rien de nous  (…) Il n’y a pas d’’extase, autrement dit ‘ il n’y a pas un aller au-delà de soi’ ,et cela peut tout simplement conduire à l’ennui… Le centre de la Liturgie « est le Mystère Pascal, le ‘non connu’ pascal, et précisément parce qu’il demeure inconnu, il continue à être quelque chose qui mérite qu’on consacre la passion de notre vie entière à tendre vers lui, pour essayer de le comprendre ».

« Si l’objectif  de l’Eglise est d’appeler ses enfants à aimer Dieu, à le chercher et rechercher la communion intime avec Lui, alors une liturgie opposée à nous a un sens », explique M. Barnes, «  une liturgie qui ne nous ressemble pas et qui met l’accent sur  les mystères que nous ne pouvons pas comprendre (…). En résumé, ce qui est nécessaire, c’est une liturgie qui requiert l’extase de notre part ». Cette situation, en apparence paradoxale, s’identifie pour Barnes à la figure de Jésus-Christ, qui s’est fait semblable aux hommes, mais a manifesté sa différence – qui est Dieu, infini, tout-puissant… –  et c’est pourquoi nous le suivons de tout notre cœur, notre esprit, notre âme et notre force », explique-t-il.
 
Comment attirer ?

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]