Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 octobre |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
home iconÉglise
line break icon

Vague d'indignation après la condamnation à mort d'une chrétienne soudanaise

© Public Domain

News.va - Publié le 17/05/14

L’affaire de la jeune chrétienne soudanaise condamnée à mort soulève une vague d’indignation dans le monde.

17/05/14

Aleteia vous en parlait le jour même où la sentence a été prononcée, le 15 mai dernier, par un tribunal de Khartoum (lire notre article Soudan : une jeune chrétienne condamnée à mort par un tribunal islamique)

Meriam Yahia Ibrahim Ishag, 27 ans, enceinte de huit mois, sera pendue. La sentence a été confirmée jeudi par un tribunal qui l’a jugée coupable d’apostasie et d’adultère pour avoir épousé un sud-soudanais chrétien. Depuis cette condamnation, les initiatives diplomatiques et les protestations des militants des droits de l’homme n’ont pas obtenu de résultat.

Au cours de l’audience, un chef religieux musulman a essayé de lui faire abjurer sa foi mais en vain. La jeune femme est fille d’une éthiopienne orthodoxe abandonnée par son mari musulman soudanais. Elle a donc été élevée en tant que chrétienne orthodoxe. Mais en vertu de la Charia, elle est musulmane puisque son père est musulman.

Au Soudan, la Constitution adoptée en 2005 reconnait la liberté de religion. Le tribunal s’est basé sur la Charia, en vigueur depuis 1983 dans le pays. La loi islamique punit l’apostasie par la peine capitale et interdit à une musulmane d’épouser un non-musulman.

Hostilité grandissante
Si les peines de flagellation sont souvent exécutées au Soudan, la peine de mort l’est rarement ; aucune femme enceinte n’a jamais été exécutée. Selon la Maison Blanche, des violations systématiques, flagrantes et continues de la liberté de religion sont commises au Soudan.
Depuis fin 2012, les actes répressifs contre les minorités religieuses ont augmenté : expulsion, confiscation et destruction de propriétés de l’Église. Il y a quelques jours, les autorités soudanaises ont décidé de fermer une école primaire des religieux comboniens qui accueille 470 élèves, alors que les écoles publiques sont surpeuplées et que leur niveau est très bas.
Malgré la promesse du gouvernement soudanais d’accorder une certaine forme de liberté religieuse à sa minorité chrétienne, les représentants des différentes églises de ce pays d’Afrique témoignent tous d’une hostilité grandissante à l’encontre de leur communauté, dans la foulée de l’indépendance du Sud-Soudan.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Chrétienssoudan
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement