Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 18 mai |
Saint Eric de Suède
home iconActualités
line break icon

OPINION Quatre règles simples pour (ré)humaniser le «territoire numérique»

© LDM

Pierre-Albéric d’Alançon - Publié le 13/05/14

Quelle utilisation faisons-nous, en tant que croyants, des moyens de communication actuels, s'interroge Pierre-Albéric d’Alançon, consultant en communication et relations institutionnelles.

13/05/14

Dans une chronique sur Radio Notre-Dame, Monseigneur Michel Aupetit s’est récemment insurgé contre ces « chrétiens de l’ombre », qui se réfugient dans les réseaux sociaux pour critiquer les évêques qui n’agissent pas comme ils le voudraient. C’est l’occasion de nous interroger sur l’utilisation que nous faisons, en tant que croyants, des moyens de communication.
Le numérique a ouvert un nouvel espace de vie et d’interactions que nous fréquentons désormais tous les jours : Internet. Cet exceptionnel moyen de rencontre a été largement salué par le Pape François, qui l’a récemment qualifié de « don de Dieu » apte à « nous faire percevoir un sens renouvelé de l’unité de la famille humaine » au-delà de toutes les frontières. Hélas, c’est aussi un lieu ou la faiblesse de l’homme se manifeste avec une certaine violence, notamment lorsque « la vitesse de l’information dépasse notre capacité de réflexion et de jugement et ne permet pas une expression de soi mesurée et correcte ».

Force est de constater que la multiplication des moyens de communication n’a pas favorisé la qualité des contenus. Au contraire, la possibilité de s’exprimer librement, de relayer et de commenter a donné naissance à un phénomène de « horde », souvent anonyme, qui n’hésite pas à critiquer, voire à lyncher tout ce qui diffère de son schéma d’idée. Lorsque ces comportements sont le fait de chrétiens qui, avec le même profil, assurent la promotion de leur foi, il s’agit d’un contre-témoignage. Cette réalité nous force à nous interroger sur le sens de notre parole et le rôle que nous devons jouer sur internet.

Notre communication est un acte moral. Lorsqu’elle diffuse la vérité, lorsqu’elle prône le dialogue, la solidarité, la justice et l’amour, elle agit en vue du bien. À l’inverse, si elle diffuse le mensonge ou favorise la médisance, elle agit clairement dans le sens du mal. Nous avons la responsabilité de chercher à discerner le sens de nos paroles, que ce soit sur Internet ou dans la vie quotidienne, en ayant à l’esprit que « de notre bouche ne doit sortir aucun mauvais propos, mais plutôt toute bonne parole capable d’édifier, quand il le faut, et de faire du bien à ceux qui l’entendent ».

Notre comportement sur le « territoire numérique » révèle notre engagement dans la cité. A l’appel du Pape, nous devons tenter de « mettre la communication au service d’une authentique culture de la rencontre ». Quelques règles très simples peuvent nous aider à développer un comportement plus humain sur la toile :

– Privilégier la qualité à la quantité
Il s’agit de prendre du temps et de s’interroger sur la finalité de nos publications. Pour répondre à la crise des valeurs, il est nécessaire de développer – chacun selon notre talent – une parole qui ait du sens et qui soit adaptée aux questions de notre temps. Pour cela, il est important de s’arrêter pour prendre du recul et s’assurer que nos écrits ne soient pas la conséquence de réactions spontanées mais de réflexions structurées.

– Vérifier nos informations afin de garantir l’authenticité des propos que nous publions et rester porteurs de vérités
Sur Internet, il devient de plus en plus difficile de discerner le vrai du vraisemblable. Le Web colporte avec une rapidité fulgurante toutes sortes de rumeurs, d’erreurs et d’approximations dont nous ne mesurons pas forcément les conséquences. Notre volonté de faire du « buzz » ne doit en aucun cas aller contre la vérité.

 – Eviter l’anonymat qui décrédibilise l’écrit
Si nous avons des convictions, il convient de les assumer. Les comportements les plus déviants sont souvent le fait d’utilisateurs anonymes et lâches qui se permettent toutes sortes d’insultes… en toute sécurité. A l’image du Pape François, pour qui

  • 1
  • 2
Tags:
Égliseinternet
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
2
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
5
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
6
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
7
DIVINE MERCY
Philip Kosloski
Le pouvoir de la prière de 15h à la Divine Miséricorde
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement