Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 23 septembre |
Saint Pio de Pietrelcina
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Mgr Rey : Les 3 caractéristiques du prêtre du XXIème siècle

1p9uuhhlfrqqz2jkrvebyahs2zzjbbcqo1cwjajh0a5stz0znh88b04qxwggdsi17b6vcemkssmxbu_upr9cez79lny-e1449248413939.jpg

Dominique Rey - Diocèse de Fréjus-Toulon - publié le 11/05/14

Intégrité, proximité, zèle missionnaire : les principales qualités que Mgr Rey souhaite que développent les candidats au sacerdoce. Interview de l'évêque de Fréjus-Toulon, à l'occasion de la journée mondiale des vocations.

11/05/14

En 2014, Monseigneur Dominique Rey aura la joie d’ordonner cinq nouveaux prêtres au service de notre diocèse dont deux dans la forme extraordinaire (en lien avec la Société missionnaire de la Miséricorde Divine). Tous ces prêtres incardinés dans le diocèse de Fréjus-Toulon seront au service des communautés chrétiennes du Var.

Qu’attend-on d’un prêtre aujourd’hui, dans un contexte marqué par la sécularisation ?
Monseigneur Rey :
Trois caractéristiques me paraissent qualifier le prêtre du XXIe siècle. D’abord, l’intégrité. J’entends par ce mot combien le ministre ordonné doit assumer son identité sacerdotale, l’enraciner sur le plan spirituel par une vraie relation au Christ, dans une recherche constante de cohérence de vie, d’exemplarité évangélique, et de fidélité au Magistère.
Une deuxième attitude est à privilégier : la proximité. La tentation du prêtre est le cléricalisme, en se situant en surplomb de ceux qu’il est sensé servir. Cette proximité est à vivre à l’intérieur de l’Eglise en mettant en valeur la place des fidèles laïcs et en leur donnant la possibilité d’exercer une vraie coresponsabilité pastorale. Cette proximité s’applique également sur le plan de la mission. A l’exemple du Christ, on ne peut témoigner de la foi et rendre compte de notre espérance qu’en rejoignant les personnes là où elles se trouvent et là où elles en sont.
La troisième qualité du prêtre, placé aujourd’hui dans le contexte « de l’éclipse de Dieu » et de la marginalisation de l’Eglise, doit être le zèle missionnaire. Il s’agit d’aller au devant des gens, en posture de « sortie vers les périphéries existentielles » comme le rappelle le Pape François.

Comment expliquez-vous le nombre important de séminaristes accueillis dans le diocèse (une soixantaine de candidats au sacerdoce) alors que tant de diocèses n’ont plus aucune vocation ou si peu ?
Mgr Rey :
Ce nombre tient en partie à l’accueil des nouvelles réalités ecclésiales qui se sont implantées dans le diocèse et qui enrichissent celui-ci, et de leur charisme et de leurs vocations. De plus, je constate que les jeunes fonctionnent dans une culture de réseaux, et non plus dans un référencement territorial. Beaucoup d’entre eux, n’ayant pas de racines locales, sont attirés par des diocèses qui présentent une physionomie missionnaire, ce qui explique l’attraction que le diocèse exerce vis-à-vis de jeunes originaires de l’extérieur du département. Je soulignerais que cet apport extérieur n’a rien de nouveau. La Provence, et le Var en particulier, a toujours été une terre d’accueil. N’oublions pas que plus de 60% de la population actuelle du Var n’est pas originaire de ce département. Déjà autrefois un nombre important de prêtres qui exerçaient dans le diocèse venaient d’ailleurs ou s’y réfugiaient pour des raisons de santé, ou en raison de l’abondance des vocations dans leur région d’origine (par exemples, Alpes de Haute Provence), ou encore à cause de l’afflux de familles de marins souvent originaires de Bretagne et pourvoyeuses de vocations. Ces apports constituent une constante de l’histoire religieuse de notre diocèse.

En mesurant le nombre de séminaristes issus du diocèse, je retrouve aujourd’hui les mêmes proportions de « locaux » que l’on dénombre proportionnellement dans les diocèses voisins de taille équivalente (Nice, Marseille, Aix). Il ne s’agit donc pas de s’excuser d’accueillir des personnes venues d’ailleurs, ou d’exhumer la fausse nostalgie d’un clergé autochtone issu d’un passé où les mobilités étaient rares. Je suis heureux d’accueillir toutes les vocations qui naissent dans notre beau diocèse de Fréjus-Toulon tout autant que j’assume le fait d’accompagner vers la prêtrise ceux qui choisissent notre diocèse pour se mettre au service de sa mission. Cela dit, il ne faut pas oublier que plusieurs jeunes issus du diocèse sont entrés au séminaire ces dernières années ou bien se posent actuellement la question de leur éventuelle vocation sacerdotale.




Au sein du clergé du séminaire, un nombre significatif de prêtres ou de jeunes sont liés à des communautés nouvelles. Que signifie pour vous ce phénomène ? Comment accueillir cette diversité ?
Mgr Rey :
Sur les 222 prêtres en activité, un certain nombre d’entre eux (96) sont liés à des communautés de différents types : instituts religieux, associations cléricales, communautés nouvelles de laïcs, etc. Ce nombre et cette diversité sont une chance.
D’abord, ils permettent d’assumer un quadrillage du terrain et donc de développer une pastorale de présence et de proximité. Dans des diocèses de taille équivalente, où l’on dénombre des effectifs de prêtres moins importants, la raréfaction du clergé et son vieillissement conduisent systématiquement à des regroupements. Des pans entiers du territoire ne sont alors plus desservis par une présence sacerdotale.
Par ailleurs, je note que le nombre relativement important de prêtres dans le diocèse favorise la constitution de pôles missionnaires, en particulier dans les grandes communes (Toulon, Draguignan, Hyères, Saint-Maximin, Brignoles, Fréjus, Saint-Raphaël…). Les prêtres sont ainsi rassemblés autour d’une mission commune avec un certain partage de vie et de prière qui évite l’isolement et le découragement. Par le fait que les effectifs du clergé sont en proportion plus abondants que dans d’autres diocèses nous permet de déployer des apostolats transversaux et investir certains projets pastoraux sans mettre en cause la desserte pastorale ordinaire. Je pense en particulier à des prêtres qui peuvent être mis quasiment à plein temps au service des mouvements, des aumôneries, de la diaconie, ou au service d’apostolats spécifiques comme le monde de la nuit, ce qui serait impossible à imaginer si l’on fonctionnait à flux tendus avec des ressources humaines très contraintes. Parce que nos effectifs sont comparativement plus garnis qu’ailleurs, nous pouvons aussi mobiliser certains d’entre eux pour la formation au séminaire (6 prêtres à plein temps).
L’accueil de cette diversité appelle à relever un quadruple défi.
En premier lieu, le défi de la communion pour que notre Eglise ne soit pas la simple juxtaposition de charismes et de sensibilités pastorales. Le pèlerinage des prêtres et séminaristes chaque année à Cotignac, les rencontres sacerdotales dans le cadre des doyennés mais aussi pour les jeunes prêtres qui partent ensemble plusieurs jours chaque année en pèlerinage, entre autres initiatives, manifestent l’effort qui doit toujours être le nôtre de grandir dans la communion ministérielle et intergénérationnelle, dans le respect des dons portés par chacun au service de l’unique Eglise du Christ dont nous sommes les ministres et les serviteurs. Seule l’Eglise dans son ensemble a le charisme de tous les charismes. 
Cette diversité nous invite à relever un autre défi, qui est celui de l’ouverture à l’universel. Je pense à l’aide que nous avons à apporter à d’autres diocèses en difficulté sur le plan du nombre de prêtres. Nous avons envoyés des prêtres à l’étranger, que l’on appelle fidei donum, mais il y a aussi des diocèses de taille plus modeste dans notre province ecclésiastique, que nous soutenons : Digne, la Corse.
Un autre défi est celui de l’incarnation. Pour les nouveaux venus, l’effort à accomplir est de s’inscrire dans l’histoire d’une Eglise particulière et d’un presbyterium marqués par de fortes traditions. Les nouvelles générations sont souvent sujettes au zapping et à la prime donnée au ressenti émotionnel. Servir le Christ et les hommes nécessite de travailler dans des fidélités et dans la durée en acceptant de traverser des zones d’inconfort et des résistances intérieures ou extérieures.






Enfin, la dernière lettre apostolique du Pape François met en lumière le défi de la conversion pastorale. Nous ne pouvons plus rester dans une pastorale de la maintenance et de l’entretien. Il nous faut opérer des changements nécessaires pour atteindre les gens du parvis, rejoindre les attentes spirituelles de notre temps, nous mobiliser en direction des nouvelles formes de pauvreté : pauvretés matérielles certes, mais aussi relationnelles, affectives, morales qui portent atteinte au principe d’humanité. Cette conversion pastorale passe en premier lieu par la conversion des pasteurs dans la manière de gouverner la communauté de façon plus affiliative, plus dynamique. La formation à la gouvernance pastorale qui a été initiée dans le diocèse, rassemble actuellement près d’une centaine de prêtres de la région pour relever le défi de cette conversion pastorale.

Lire la suite de cette interview de Mgr Rey sur le site du diocèse de Fréjus & Toulon

Tags:
Vocation
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement