Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 10 avril |
Saint Fulbert
home iconActualités
line break icon

« Si je m’en sors, j’aiderai les pauvres de mon pays ! »

Antoine Besson

Enfants du Mékong - Publié le 09/05/14

Sochea... une" success story" parmi tant d'autres que nous vous présentons en changeant les prénoms par discrétion. Une histoire incroyable, qui se décline dix fois, cent fois, mille fois grâce à tous les soutiens d'Enfants du Mékong. Texte: Yves Meaudre

09/05/2014

Un enfant d’une dizaine d’années assis sur la plateforme d’une cabane. Il balance ses jambes en méditant face au soleil qui se couche sur la rizière. Des buffles immergés dans l’eau d’un fossé ressemblent à des crocodiles en veille. Ils soufflent dans l’eau. Des oiseaux blancs se servent de leurs cornes comme de perchoirs. Enfant heureux, enfant sans histoire mais enfant sans avenir. À côté de lui, assise sur ses jambes repliées sous elle, une femme bonze, au crâne rasé, sourire au bétel, en sarong immaculé lui dit des choses douces sur la vie, sur la sagesse et sur le bonheur de la contemplation.  "Sochea qui n’a pas d’autre vêtement que son short grimpe dans la nacelle. Son destin a basculé."

Voilà qu’un pick up s’arrête dans un nuage de poussière dorée. Il est connu dans la région à cause de son petit fanion qui flotte au dessus de la cabine.  En sortent un belge, Pierre, une jeune française, Élodie, un homme plus âgé et un cambodgien, Savouth. La religieuse les interpelle.

« – Regardez cet enfant, il est très intelligent.
– Il est surtout très beau, dit Elodie avec un superbe sourire.
– Il est toujours en tête de classe ? demande le belge.
– Non non, il ne va pas à l’école.
– Comment savez-vous qu’il est très intelligent ?
– Parce que je le sais ! Elle crache son bétel et pose sa main sur l’épaule
de l’enfant.

– Va avec eux, tu auras un bel avenir. »
 Avec une déconcertante simplicité, Sochea qui n’a pas d’autre vêtement que son short grimpe dans la nacelle. Son destin a basculé.

Les choses sont ainsi au Royaume du Cambodge, très simples. Cette confiance des enfants est le fondement même de ce qu’est Enfants du Mékong. L’œuvre s’est construite sur la complicité étroite qui existe entre ses responsables et la population. C’est elle qui prend son destin en main et c’est EDM qui lui donne les moyens de le construire. C’est ainsi que Sochea a pris son essor à dix ans et pour quel destin !

Voilà l’enfant à l’école. Il travaille bien, si bien qu’il fait deux années scolaires en une. Il réussit si bien, qu’après son baccalauréat, il réussit à intégrer la plus prestigieuse école d’ingénieur  à Phnom Penh, l’ITC.
Drame ! On lui découvre une énorme tumeur au poumon ; l’affolement saisit tout le monde. Les possibilités d’intervention au Cambodge sont alors trop limitées pour tenter une opération à haut risque. La tumeur touche l’aorte. Elodie se bat, appelle le banc et l’arrière ban et persuade un professeur de Toulouse de l’opérer. Touché, le chirurgien offre bien sûr son intervention gracieusement mais le transport en France est cher et l’hospitalisation sera longue et coûteuse. EDM organise un immense concert avec les solos de l’Opéra de Paris, l’Orchestre National de France, et la musique de la garde. « La beauté sauvera Sochea ».  Immense succès. Cette considérable mobilisation des générosités va marquer profondément le jeune étudiant. « Si je m’en sors, j’aiderai les pauvres de mon pays ! ».

 L’enfant que vous avez éduqué hier a sauvé son pays aujourd’hui.

Définitivement guéri, Sochea se remet à ses études avec ardeur. Quatre ans plus tard  il sort « dans la botte ». La jeune fille qui l’a suivi depuis son enfance jubile. Elle le présente à l’ENGREF (Ecole Nationale du Génie rurale des Eaux et Forêts). Il intègre  « la grande école » avec une facilité déconcertante avec son éternel sourire aux lèvres, tranquille, humble, joyeux.

A peine diplômé, parlant la langue de Molière et de Shakespeare comme s’il était natif de l’une ou l’autre nation, son avenir semble tout tracé pour « faire carrière » dans un grand groupe agro-alimentaire ou dans ces institutions internationales où les salaires donnent en un mois ce qu’aucune famille cambodgienne ne gagnera en vingt ans ! Les propositions sont nombreuses et alléchantes.

  • 1
  • 2
Tags:
asieenfants du mekonghumanitairepauvretesolidarite
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
2
Mathilde de Robien
Semaine sainte, euthanasie, gouvernance… ce qu’il faut rete...
3
Jesus Christ
Edifa
Jésus avait-il le sens de l’humour ?
4
Attentat Indonésie
Agnès Pinard Legry
Attaque de la cathédrale de Makassar : le geste héroïque de Kosma...
5
Mathilde de Robien
Glorious, Jubilate Pop Louange, Emmanuel : leur chant de Pâques 2...
6
Agnès Pinard Legry
Une proposition de loi sur l’euthanasie, ultime ligne rouge éthiq...
7
WOMAN TAKING TIME
Cecilia Pigg
Les six étapes d’une carmélite méconnue pour trouver la paix inté...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement