Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
home iconActualités
line break icon

Nigéria : Le Saint-Siège condamne le «terrorisme odieux» de Boko Haram

AFP PHOTO/STRINGER

NIGERIA, Konduga : People stand next to dead bodies, which are laid out for burial, in the village of Konduga, in northeastern Nigeria, on February 12, 2014 after a gruesome attack by Boko Haram Islamists killed 39 people. &quot;Up to 39 people have been killed and over 70 percent of the village has been razed to the ground,&quot; Borno state Governor Kashim Shettima told reporters in the village of Konduga, blaming the February 11, 2014 late attack on the Islamist rebels.<br /> AFP PHOTO/STRINGER

Philippe Oswald - Publié le 08/05/14

Le Saint-Siège exprime son « horreur » devant l’enlèvement de plus de deux cents adolescentes et les attentats perpétrés au Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram. Et lance un vibrant appel pour leur libération.

8/05/2014

(légende photo : des victimes de Boko Haram)

« La négation de tout respect pour la vie et la dignité des personnes, même les plus innocentes, vulnérables et sans défense, requiert la condamnation la plus ferme et suscite une compassion pleine de tristesse pour les victimes, de l’horreur pour les souffrances physiques et spirituelles, les humiliations incroyables qui leurs sont infligées », a déclaré ce 8 mai le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège (News.va).

 « Nous nous unissons aux nombreux appels en faveur de leur libération afin qu’elles puissent retrouver une vie normale. Nous espérons, et prions pour que le Nigéria, grâce à l’implication de tous ceux qui peuvent y contribuer, trouve le moyen de mettre un terme à une situation de conflit et de terrorisme odieux, source de souffrances innombrables. »
Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège a souligné que cet enlèvement d’un grand nombre de jeune fille vient s’ajouter à « d’autres formes horribles de violences qui caractérisent l’activité » de Boko Haram au Nigeria, en particulier dans l’état de Borno, au nord-est du pays.

En plus du rapt des lycéennes le 14 avril, Boko Haram a récidivé en enlevant onze autres jeunes filles. Les terroristes ont aussi lancé ce mercredi un raid meurtrier contre la ville de Gamboru Ngala, près de la frontière camerounaise, brûlant marché, bureau des douanes, commissariat de police et magasins. Un élu local a évoqué le chiffre de 300 morts (cf. Aleteia).

Sur les ondes de Radio Vatican, l’archevêque d’Abuja a lancé un appel pour que « des mesures concrètes soient prises afin de sauver les centaines de filles kidnappées par Boko Haram ». Le cardinal John Onaiyekan a qualifié de « honteuse » l’incapacité de son pays à les retrouver : « Jusqu’à présent, aucune piste tangible n’a été communiquée. Tous les Nigérians sont pris de court. Nous ne pouvons pas expliquer ce qui s’est passé. Même notre président semble impuissant, c’est affligeant ».

Ce 8 mai, la première session plénière du Forum économique pour l’Afrique s’est ouverte dans la capitale nigériane par une minute de silence en soutien aux familles des lycéennes enlevées. « Je crois que l’enlèvement de ces jeunes filles marque le début de la fin du terrorisme au Nigeria », a déclaré le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, dans un discours prononcé pendant cette session plénière. Il a remercié la Grande-Bretagne, la Chine, la France et les Etats-Unis qui ont promis leur coopération pour retrouver les adolescentes enlevées.

Le fait est que l’indignation est mondiale. Le hashtag « Bring back our girls » (“Rendez-nous nos filles”) fleurit sur Twitter. « Après trois semaines de silence, la communauté internationale se mobilise enfin », confirme TF1.

Tags:
boko haramnigeriasaint siege
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement