Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Manif pour tous : « rappel aux règles » pour les policiers dans l’affaire Anna

Manif pour tous
Partager

Pas de sanction mais un simple « rappel aux règles » à l’encontre des policiers accusés de chantage à la naturalisation contre une jeune Russe ayant participé à La Manif pour tous.

8/05/2014
(légende photo : les organisateurs de la Manif pour tous commentent l’affaire Anna)

Après moult coups de fil et courriels, Le Figaro a réussi à obtenir du ministère de l’Intérieur les conclusions de l’enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) sur le traitement du dossier de naturalisation de la jeune femme russe convoquée par des policiers à Viroflay (Yvelines) pour avoir participé à une Manif pour tous. Anna, 18 ans, avait témoigné avoir subi de la part de deux policiers de la sous-direction de l’information générale (SDIG ex RG) des Yvelines un chantage à la naturalisation contre son acceptation d’espionner les organisateurs de la Manif pour tous et des Veilleurs. Elle « s’était vue menacée par les policiers de recevoir "un avis défavorable" à sa demande de naturalisation, déposée à la préfecture le 6 août 2013, si elle refusait de donner les noms des personnes qui manifestaient avec elle contre le mariage homosexuel » résume le Huffington Post.

 Révélée par Le Figaro du 5 mars, l’affaire avait fait scandale et contraint le ministre de l’Intérieur d’alors, Manuel Valls, à saisir la police des polices. Le ministère de l’Intérieur a naturellement « noyé le poisson » en se contentant d’un « rappel aux règles », assorti d’une prétendue « formation » : en résumé, selon le porte-parole du Ministère de l’Intérieur, les policiers auraient juste été « un peu trop incisifs », mais n’auraient pas commis de faute caractérisée…Mieux : le SDIG aurait « fait son boulot » : « La recherche de renseignements, surtout dans une période tendue, à l’heure où les manifestations étaient émaillées d’incidents graves, se justifie pleinement. » (sic)

Stupeur ironique de l’avocat d’Anna, Me Henri de Beauregard : de deux choses l’une, dit-il : « Soit un fonctionnaire a commis une faute, et cela justifiait davantage, soit personne n’en a commis, et dans ce cas, pourquoi faire un « rappel aux règles » ? ». D’autant que la fable des « incidents graves » venant de la Manif pour tous ou des Veilleurs ne trompe plus que ceux qui veulent l’être. Par la voix de son coordinateur général, Albéric Dumont, La Manif pour tous dénonce « une décision bancale qui trahit le malaise de l’administration ». 

L’opposition demande une clarification. François de Mazières, député-maire UMP de Versailles, estime « indispensable que le ministère s’explique sous peine de donner le sentiment qu’il couvre une violation grave des droits fondamentaux ». François Fillon a, quant à lui, adressé une lettre à Manuel Valls, avec copie à Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, pour lui rappeler que « ces faits sont susceptibles de recevoir une qualification délictuelle » et l’avertir qu’à défaut de communication des résultats de l’enquête, il saisirait le Défenseur des droits. (Le Figaro)
 
 
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]