Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les chrétiens d’Ukraine dans l’ombre du conflit

© Public Domain
Partager

À Donesk, Odessa et Solviansk, séparatistes pro-russes et ukrainiens s’affrontent. Le pape François « demande au Seigneur de répandre dans les cœurs de chacun les sentiments de pacification et de fraternité ».

06/05/14

Lors de la prière du Regina coeli, le Pape a évoqué le destin de l’Ukraine, un sujet de préoccupation d’autant plus grand qu’il menace l’unité des chrétiens. De son côté, Arseni Yatseniouk, le premier ministre ukrainien qualifiait, dans un entretien au Financial Times, la période actuelle comme « les dix jours les plus dangereux depuis l’indépendance de 1991 ». Les commémorations traditionnelles de la victoire sur les nazis, le 9 mai, risquent de déboucher sur de nouvelles violences. Autre date favorisant les tensions : le 11 mai, un référendum devrait décider de la création ou non d’une « république populaire de Donetsk », souhaitée par les pro-russe. Enfin, le 25 mai, un scrutin présidentiel visant à asseoir la légitimité du pouvoir de Kiev risque encore d’attiser toutes les tensions.

Cette série de crises est aggravée par les soupçons d’interventions extérieures. Le pouvoir ukrainien affirme que Moscou tente de déstabiliser le pays en activant les séparatismes à l’Est du pays. À l’inverse, les révélations du quotidien allemand le Bild, à savoir la présence d’agents de la CIA et du FBI conseillant le gouvernement basé à Kiev, entretiennent les craintes d’ingérences américaines dans le conflit.

Dans cette situation, les différentes communautés orthodoxes et catholiques ont clairement un rôle d’apaisement à jouer. Hasard de calendrier, le 25 mai, date du scrutin présidentiel, marquera aussi la rencontre entre le pape François et le Patriarche de Constantinople Bartholomée Ier, qui a une « primauté d’honneur » parmi les patriarches orthodoxes. Or, le risque est grand de voir la religion instrumentalisée pour diviser les Ukrainiens. Le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille Ier s’en est inquiété, affirmant que son église devait « sauvegarder sa capacité à porter la paix, et ne succomber à aucune tentation politicienne, ne servir aucune position politique ». Les gréco-catholiques ukrainiens et les orthodoxes de l’église autocéphales de Kiev sont accusés par les séparatistes pro-russes « d’appartenir à l’Ouest ». Inversement, les Orthodoxes majoritaires sont accusés par les Ukrainiens de prendre leurs ordres de Moscou.

Dans cette situation où la religion risque d’être utilisée à des fins politiques, une grande responsabilité incombe aux chefs des églises. « Nous sommes convaincus, que les chefs des Églises doivent marquer des pas décisifs pour réconcilier la Chrétienté divisée et répondre aux besoins urgents de notre temps », avait déclaré le Patriarche Bartholomée Ier, le mois dernier, dans un entretien publié par le Service d’information religieux de la Conférence épiscopale italienne. A la suite des évènements tragique d’Odessa, qui ont provoqué le 2 mai dernier la mort d’une quarantaine de personnes, le métropolite d’Odessa et d’Izmaïlsk Agathange rappelait dans un message que l’ennemi à combattre est en chacun de nous : « Aujourd’hui, en regardant comment une terrible tragédie s’est produite dans la sainte ville d’Odessa, semblable à ce premier meurtre ancien (le meurtre de Caïn, ndr), regardons attentivement dans la profondeur de nos cœurs : l’image de Dieu n’est-elle pas détruite en nous ? »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]