Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 11 mai |
Saint François Jérôme (de Geronimo ou de Girolamo)
home iconAu quotidien
line break icon

Interview : rencontre avec Thérèse Hargot, maman et sexologue

David Bonhomme - Progressif Media

Fabuleuses au Foyer - Publié le 25/04/14

Sur son blog Fabuleuses au foyer, Hélène Bonhomme a interviewé Thérèse Hargot, sexologue et... belge !

25/04/14

« Lors de vos dîners trop guindés, vous pourrez maintenant raconter que vous connaissez une sexologue, belge. » C’est ce statut partagé par un ami Facebook qui a éveillé ma curiosité. Depuis, je suis devenue accro aux billets de Thérèse Hargot. Jamais auparavant je n’aurais pensé passer des heures sur le blog d’une sexologue !

Comment s’organise ton travail ?
Mon activité professionnelle s’articule autour de 3 grands piliers :
    •    La formation :je travaille au collège Stanislas à Paris, et j’interviens dans quelques autres écoles. Je développe un projet pilote qui a pour objectif de fournir une éducation affective, relationnelle et sexuelle aux élèves de tous niveaux, de la maternelle aux classes prépa. Ma mission est éducative et préventive. Elle consiste à développer « l’intelligence émotionnelle » des élèves.
    •    L’accompagnement : pendant un autre tiers de mon temps, je reçois des personnes qui cherchent de l’aide pour des questions de sexualité. En fait, la sexualité est un prétexte pour aller chercher beaucoup plus loin dans les profondeurs de la personne. Par exemple, une femme qui n’arrive pas à avoir d’orgasme est une femme qui ne parvient pas à « se lâcher ». Ou alors, une personne infidèle est une personne qui a un problème avec le mensonge.
 •    Le discours public : le reste du temps, je donne des conférences ou j’écris sur mon blog !

Comment es-tu devenue sexologue ?
J’ai toujours été intéressée par les questions de l’amour, de la sexualité, de la famille, de la femme… Vers 15 ans, j’avais déjà trouvé ma mission de vie : travailler « à l’amour », « à ce que les gens s’aiment » ! Puis j’ai fait un M2 de philosophie. Je me suis toujours intéressée aux grandes questions sur la personne humaine. Or la sexualité, la recherche de l’amour sont d’excellents motifs pour parler de la personne humaine. Elles en touchent toutes les dimensions : physique, spirituelle, affective, artistique…
Pendant mes études, j’ai rencontré celui qui est devenu mon mari, et j’ai eu mon premier bébé. Puis j’ai commencé à travailler. Aujourd’hui, je suis toujours fidèle à ce que je voulais faire étant ado. En fonction des étapes professionnelles, les activités étaient différentes : animation radio, conseil, interventions dans les écoles… mais il y a toujours eu cette immense cohérence par rapport à ma mission de départ.

Tu as eu tes enfants en étant étudiante. Quel effet cela a-t-il eu sur tes études ?
J’emmenais mon fils à la fac, je le portais contre moi, je l’allaitais en cours. J’ai dit que c’était comme ça et pas autrement. Il n’a jamais pleuré, je n’ai jamais dû sortir de cours ! Le fait d’avoir eu mes enfants à cette période a eu un impact direct sur mes études. L’expérience de la maternité est une expérience humaine et spirituelle énorme. Pourtant, il n’y a pas de philosophes qui en parlent ! C’est pourquoi mes thèmes de recherche étaient la grossesse, l’accouchement, la contraception.

Pour toi, que veut dire « être d’abord maman » ?
Equilibrer mes différentes vies. C’est toujours à refaire ! Aujourd’hui, mes enfants ont 8, 6 et 2 ans. Être maman fait partie de moi, ce n’est pas une activité en plus. Cela va forcément impacter toute ma réflexion.

Tu as vécu à New-York… Que peux-tu nous dire sur la mentalité des mamans américaines ?
Dans les parcs de New-York, si on entend un parent crier sur son enfant, c’est forcément un Français ! Les mamans françaises papotent sur leur banc avec des copines ou fument une cigarette. Si leur enfant fait une bêtise, elles crient depuis leur banc.
La mère américaine, c’est tout le contraire. On la surnomme « helicopter mum », toujours à tourner autour de son enfant. On ne la verra JAMAIS papoter avec une copine à l’aire de jeux. Elle est tout entière donnée à son enfant, comme si elle disait : « Regardez comme je suis une bonne mère ! »

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
helene bonhommeThérèse Hargot
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
2
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
3
Camille Yaouanc
Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal
4
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
5
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
6
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
7
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement