Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jean Paul II : son rôle clé dans la chute de l’Union Soviétique

©AP Photo/Bob Daugherty
Partager

Les actions du pape polonais ont été décisives dans l’effondrement du régime communiste russe.

 
 ».

En dédiant sa patrie à la Madone dans son sanctuaire à Czestochowa le 4 juin, il lui confia les “problèmes difficiles de la société, des systèmes et des états, des problèmes qui ne peuvent pas être résolus par la haine, la guerre et l’autodestruction, mais seulement par la paix, la justice et le respect des droits de l’homme et des nations ».

En partant de Pologne le 10 juin, il déclara : «  Notre époque a un grand besoin de témoignages qui expriment ouvertement la volonté de rapprocher les nations et les régimes, une condition indispensable pour la paix dans le monde. Notre époque exige de nous, non pas de se renfermer à l’intérieur de nos frontières rigides, mais de chercher ce qui est nécessaire au bien de l’homme, lequel doit trouver partout conscience et certitude de son authentique citoyenneté».

L’exemple de Jean Paul II a inspiré Lech Walesa, l’électricien qui fonda Solidarność. Le projet a été ensuite soutenu et protégé par le pape lui-même. Le gouvernement soutenu par les soviétiques a fini par être contraint de négocier avec Solidarność. Et en 1989, des élections ont entrainé la formation d’un gouvernement de coalition en Pologne.

Cette même année, une série de révolutions entraînera la chute du communisme en Europe et la destruction du mur de Berlin. En 1991, l’Union Soviétique est dissoute. Mikhail Gorbaciov, chef d’état soviétique, a rendu visite à Jean Paul II au Vatican le 1er décembre 1989. Cette rencontre a été perçue comme la victoire du christianisme sur le communisme soviétique.

Traduit de l’édition italienne d’Aleteia par Mathilde Dehestru.

 

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]