Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 15 avril |
Sainte Anastasie
home iconÉglise
line break icon

Jean Paul II : son rôle clé dans la chute de l’Union Soviétique

©AP Photo/Bob Daugherty

Catholic News Agency - Publié le 24/04/14

Les actions du pape polonais ont été décisives dans l’effondrement du régime communiste russe.

24/04/14

Le rôle clé du bienheureux Jean Paul II dans la chute de l’Union Soviétique et du Pacte de Varsovie peut être attribué à son humanité, guidé par sa sensibilité et sa foi catholique. Ses prédécesseurs, et notamment le bienheureux Jean XXIII, avaient déjà posé les fondements des actions qu’allait entreprendre Jean Paul II. Tous deux seront canonisés le 27 avril.

Les premiers échanges entre le Vatican et Moscou se sont déroulés à l’occasion du 80e anniversaire du pape Jean XXIII. La porte de la communication s’est alors entrouverte, ce qui a ensuite permis à Paul VI de poursuivre l’Ostpolitik, en dialoguant avec les représentants de l’autre côté du Rideau de Fer, dans le but d’améliorer les conditions de vie des chrétiens qui vivaient dans les pays concernés.

Dans la politique de Jean Paul II, au regard du Pacte de Varsovie, le cardinal Agostino Casaroli, son secrétaire d’Etat de 1979 à 1990, joua un rôle primordial. Ce dernier avait en effet représenté le Saint Siège dans les négociations avec les gouvernements communistes d’Hongrie, de Yougoslavie et de Tchécoslovaquie.

Le bienheureux Jean Paul II a été ordonné prêtre par l’archidiocèse de Cracovie en 1946, peu de temps après qu’un gouvernement communiste, soutenu par les soviétiques, s’installe en Pologne. Le père Wojtyla était opposé au conflit et à l’affrontement. Il promouvait avec ardeur la liberté religieuse et le christianisme.

En tant qu’archevêque de Cracovie, il participa au Concile Vatican II et a guidé avec véracité et efficacité les évêques polonais dans la révision de ce qui devint la déclaration du Concile sur la liberté religieuse, la Dignitatis humanae – une question qui suscitait de grandes préoccupations parmi les prêtres qui vivaient sous le régime communiste.

« C’est incontestable », a écrit le père Andrzej Dobrzynski, directeur du Centre de la Documentation et des Etudes du Pontificat de Jean Paul II, dans un article publié dans Communio en 2013, que la « Dignitis humanae a donné à l’Eglise qui se trouvait de l’autre côté du Rideau de Fer, une puissante ressource pour œuvrer au côté de la complexe situation politique là-bas. Et Karol Wojtyla en a profité le plus possible pour arranger les choses ».

Karol Wotjyla a évité la critique directe concernant le gouvernement communiste polonais, mais il a  travaillé durement pour créer de nouvelles paroisses au sein de son archidiocèse et organiser des processions.

En 1977, après 20 ans de rudes efforts, il réussit à ouvrir une nouvelle paroisse à Nowa Huta, dans la banlieue de Cracovie. Dans son homélie prononcée à l’occasion de cette inauguration, traduite par le père Dobrynski, il affirma : « Lorsque Nowa Huta a été construite avec comme intention de devenir une ville sans Dieu, sans une seule église, le Christ est venu près des hommes là-bas, et se posant sur leurs lèvres, il a rappelé la vérité fondamentale de l’homme. L’homme et son histoire ne peuvent pas être jugés sur des bases économiques, même si l’on utilise les règles les plus exactes de consommation ou de production. L’homme est plus grand, plus profond que cela. Car il est crée à l’image de Dieu ».

Peu après son élection en tant qu’évêque de Rome, le bienheureux Jean Paul II retourna en Pologne pour un voyage de huit jours en juin 1979, qui, pour son biographe George Weigel, « a été le point de départ du démantèlement de l’Union Soviétique ». « Je souhaite profondément que mon voyage en Pologne puisse servir à la grande cause du rapprochement et de la collaboration entre les pays », avait-il dit le 2 juin en arrivant à Varsovie ; « qu’il serve à la compréhension mutuelle, à la réconciliation et à la paix dans le monde contemporain. Je désire, enfin, que le fruit de cette visite soit l’unité interne de mes confrères mais aussi un développement des relations entre l’Etat et l’Eglise au sein dans ma très chère Patrie

  • 1
  • 2
Tags:
béatification et canonisationPape Jean Paul II
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
2
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
3
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
6
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement