Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 janvier |
Saints Marius, Marthe, Audifax et Abachum
home iconÉglise
line break icon

Marco Roncalli : la sainteté de mon oncle, Jean XXIII

© Public Domain

http://www.quiquotidiano.it/?p=25724

Anna Pelleri - aleteia - Publié le 23/04/14

“Sa sainteté était également une sainteté publique, vouée à faire comprendre aux hommes ce qui est nécessaire au salut”.

24/04/14

Marco Roncalli, neveu du pape Jean XXIII, a décrit pour Aleteia les mots et les images qui, selon lui, décrivent l’extraordinaire sainteté de Jean XXIII, pour qui la sainteté résidait "même dans les petites choses : faire bien le bien et vivre immergé dans les choses de Dieu":

Il est saint car il voulait l’être, il a lutté pour l’être, conscient qu’il était également nécessaire de se laisser modeler par Dieu. Roncalli a lui-même expliqué ce que signifiait être saint pour lui. Il avait vingt-six ans et s’exprimait lors d’une conférence pour le troisième centenaire de la mort du cardinal Baronio : "Savoir s’oublier constamment [ … ] maintenir en votre sein la flamme d’un amour très pur envers Dieu [ … ] ; tout donner, se sacrifier pour le bien de nos frères [ … ] toute la sainteté est là.”

Et il s’est tenu à ces règles tout au long de sa vie : Lorsqu’il était séminariste, il notait dans son journal spirituel des réflexions du type «Je dois atteindre cet objectif qu’ont atteint les saints." Les années où il fut visiteur puis délégué apostolique en Bulgarie, en Turquie et en Grèce, et la période de l’engagement œcuménique ante litteram ainsi que l’aide qu’il a apportée aux Juifs fuyant les nazis, sont ponctuées de notes telles que "J’ai ressenti encore une fois [ … ], le devoir que j’ai d’être saint".

Lorsqu’il fut nonce dans la France d’après-guerre, s’efforçant de regarder "vers l’avenir" qu’il voulait "sanctifié et sanctificateur” et puis par la suite en tant que patriarche de Venise, il avait davantage confiance en la « bonté vigilante, patiente et durable » qu’en la « rigueur et le fouet. » Durant son pontificat, il a bâti un « programme robuste devant être mené à bien devant le monde entier », en commençant par le Concile Vatican II.

Jean XXIII est saint parce qu’il nous a enseigné ce qui vaut vraiment dans la vie, c’est-à-dire non pas l’affirmation de soi, mais la vérité et la charité, l’aide envers son prochain, quel qu’il soit, c’est ce qu’il a toujours fait. Rappelons-vous ce qu’il a dit dans sa dernière homélie di Pentecôte, quand il était délégué apostolique en Turquie et en Grèce. Il a affirmé avec clarté la chose suivante : " Nous aimons nous distinguer de ceux qui ne professent pas notre foi: nos frères orthodoxes, protestants, juifs, musulmans, croyants ou non-croyants d’autres religions. […] Je comprends que la diversité de race, de langue, d’éducation, les contrastes douloureux d’un passé jonché de tristesses, nous maintiennent encore à une distance réciproque qui n’est pas agréable, et qui est souvent déconcertante. Il semble logique que chacun s’occupe de soi, de sa tradition familiale ou nationale, en se confinant dans le cercle restreint de sa propre coterie, comme on le disait des habitants de nombreuses villes à l’âge de fer, où chaque maison était une forteresse impénétrable, et où l’on vivait dans des bastions, derrière des remparts. Mes chers frères et enfants, je dois vous dire que dans la lumière de l’Évangile et du principe catholique, cette logique est fausse. Jésus est venu pour abattre ces barrières; il est mort pour proclamer la fraternité universelle ; le point central de son enseignement est la charité, c’est-à-dire l’amour qui lie tous les hommes à lui comme le premier des frères, et qui le lie avec nous au Père."
Peut-être qu’ici tout est déjà dit.

Il est saint parce qu’il nous a appris à répandre l’évangile dans l’histoire, il a démontré que la vocation à la sainteté est un objectif possible et pas nécessairement quelque chose de surhumain : la sainteté pour Roncalli résidait même dans les petites choses, faire bien le bien, vivre immergé dans les choses de Dieu et ne pas se faire absorber par les illusions du succès, de la richesse, et du pouvoir utilisé pour écraser les autres.

  • 1
  • 2
Tags:
Pape Jean XXIII
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Rachel Molinatti
Avec ToonMe, découvrez des saints animés !
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans vot...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droi...
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement