Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 avril |
Saint Maxime
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Jean XXIII, souvenirs de jeunesse

Jean XXIII

© CPP

La rédaction d'Aleteia - publié le 23/04/14 - mis à jour le 11/10/22

Anecdotes d’enfance et souvenirs de jeunesse d’Angelo Roncalli, très attaché à ses origines paysannes.

Angelo Giuseppe Roncalli est né le 25 novembre 1881à Sotto il Monte, dans la province de Bergame, en Lombardie (la commune prendra le nom de « Sotto il Monte Jean XXIII » en 1963 en l’honneur du pape). Troisième enfant d’une famille de paysans, il commence à aller à l’école publique à l’âge de six ans avec comme instituteur le curé du village, don Rebuzzini.

Un kilo de paille et un kilo de fer

Un jour, un inspecteur est arrivé en classe. Il s’est alors mis à poser des questions aux élèves. Une de celles qui a marqué les mémoires fut celle-ci : « Qu’est-ce qui pèse le plus lourd : un kilo de paille ou un kilo de fer ? » La majorité des enfants répliquèrent qu’il s’agissait du kilo de fer. Les autres ne savaient pas quoi répondre. Le jeune Angelo se leva alors avec aplomb et affirma : « C’est la même chose, leur poids est égal. Mais la paille prend plus de place. » Et l’inspecteur le félicita pour sa bonne réponse.

Ami avec son professeur

Le Jeune Angelo était très attaché à son professeur, avec qui il noua des liens d’amitié. Mais ses camarades étaient jaloux. À cause de cela, il est arrivé qu’ils le battent. Seul son ami Battistel le défendait.

Professeur de sociologie et d’histoire ecclésiastique

En 1900, alors séminariste, il quitta Bergame pour Rome afin d’y poursuivre ses études. En 1905, le cardinal Radini-Tedeschi fut nommé évêque de Bergame. À cette occasion, il choisit le jeune ordonné Angelo Roncalli comme secrétaire particulier. Durant les années de leur collaboration, le futur Jean XXIII put observer de près l’impressionnante action sociale de l’évêque, fervent défenseur des ouvriers.

Quatre ans plus tard, Angelo Roncalli devient professeur de sociologie et d’histoire ecclésiastique au séminaire de Bergame. À cette date, il avait déjà publié deux ouvrages : un livre sur le cardinal César Baronio et un autre, plus érudit, sur la visite de Saint Charles Borromée à Bergame.  Au cours de sa carrière d’enseignant, il se pencha également sur le travail d’aide sociale de l’Église depuis l’antiquité.

Il ne quittait jamais ses bottes de paysan

Ses énormes bottes sont restées célèbres. Il les portait toujours, même lorsqu’il donnait cours au séminaire. Un élève de l’époque s’en rappelle : “Il ne quittait jamais ses bottes de paysan. Nous lui avions pourtant dit “vous pourriez arriver en silence dans la classe, sans que les élèves s’en rendent compte.” Mais il n’en démordait pas. Même à cause du bruit il n’aurait jamais quitté ses énormes bottes. » « Je me rappelle aussi qu’une fois je l’ai vu arriver en classe à toute vitesse, essoufflé et fatigué par les marches qu’il montait en courant ». En 1914, lorsque mourut son évêque, le jeune professeur Roncalli lui dédia une biographie d’une grande élégance.

Tags:
Pape Jean XXIII
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement