Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les goûts de luxe des cardinaux fâchent le pape François

Gabriel Bouys/ AFP
Partager

La presse italienne, et le Pape, s'irritent des luxueux travaux dans un appartement de 700 m2 avec terrasse pour le Cardinal Bertone.

22/04/14

Alors que le pape François ne cesse de rappeler aux chrétiens, et aux religieux, l’importance du dépouillement pour suivre le Christ et servir les pauvres, l’affaire de l’appartement du cardinal Tarcisio Bertone détonne : l’ancien Secrétaire d’Etat du pape Benoît XVI aurait entrepris la rénovation de son nouvel appartement, soit près de 700 m2, sans oublier une grande terrasse…

D’après le quotidien italien La Repubblica en date du 20 avril, la nouvelle aurait fâché jusqu’au Pape qui, comme on le sait, habite un modeste deux pièces de 70 m2 dans les murs de la Résidence Sainte-Marthe. Un vieil hospice pour les pèlerins de passage transformé en centre d’hébergement pour loger des prélats de la Curie ou des évêques de passage participant à des réunions de travail au Vatican. La Repubblica, qui ne cite pas ses sources, précise également que trois religieuses chargées des tâches ménagères devraient loger dans l’appartement qui se trouverait dans le Palais Saint-Charles, juste à côté de Sainte-Marthe.
 
La réaction du Souverain pontife fait écho à toutes ses interventions depuis le début de son pontificat, au cours desquelles il a insisté à maintes reprises sur la lutte contre les « mondanités » au sein de l’église. « Comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres ! », avait-il lancé aussitôt après son élection. Et comment oublier ses paroles prononcées à Assise, en octobre dernier, dans la salle où le Poverello, en 1206, se délesta de ses vêtements devant son père pour montrer qu’il renonçait aux biens terrestres : «   Le danger de la mondanité est un très grand péril (…) Nous devons tous nous dépouiller de cet esprit du monde qui est contraire aux Béatitudes et à l’Esprit de Jésus. Cet esprit mondain nous rend malades (…) c’est un « tue-l’âme » pour les hommes et l‘Eglise (…)  la lèpre, le cancer de la société, l’ennemi de Jésus ».

Comme saint François huit siècles auparavant, à une période où les privilèges et les scandales étaient légion dans l’Église, ce Pape semble avoir entendu lui aussi la voix de Dieu lui dire « Va et répare mon église ».  Et il n’a de cesse de prier le Seigneur de donner à tous les hommes le courage de « se dépouiller », notamment de « la mondanité spirituelle » qui n’est qu’« idolâtrie ».  Jeudi dernier encore, à la messe chrismale du Jeudi saint, il a rappelé l’importance de la pauvreté pour un religieux, dénonçant les prêtres « onctueux, imposants et présomptueux ».
 
Le pape François, en multipliant ses gestes de simplicité, avait  créé la surprise, l’admiration, mais parfois aussi une certaine incompréhension, parmi les ecclésiastiques du Saint-Siège. Le cardinal Bertone était-il parmi ceux-là ? Cette affaire qui n’est pas sans rappeler celle du scandale des « dépenses somptuaires »  de l’évêque de Limbourg, en Allemagne, Mgr Tebarz-van Elst,  en octobre dernier (cf. Aleteia). Ce dernier avait alors été immédiatement convoqué au Vatican puis démis de ses fonctions.
 
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]