Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Education : Pourquoi tant de musulmans choisissent l’école catholique ?

© Pascal DELOCHE / GODONG
Heure de catéchisme à l'école
Partager

« Parce qu’ici les choses sont claires, on peut parler de Dieu, et il y un bon niveau d’étude », déclarent des parents d’élèves dans une enquête publiée par « 20 minutes ».

16/04/14

« Ici, il y a un bon niveau d’études et un encadrement plus strict », « Ici, on peut parler de Dieu », « Ici les  choses sont claires… », répètent les parents musulmans qui ont inscrit leurs enfants dans un école catholique, . Comme tant d’autres familles de leur religion, ils ont choisi la « cohabitation entre catholiques et musulmans » pour donner une « bonne » instruction à leurs enfants.
 
Selon les secteurs géographiques, les écoles privées catholiques peuvent accueillir jusqu’à 90% de musulmans, estime l’Enseignement catholique. Pourquoi un tel succès ? On découve à ce sujet l’éclairage de Faustine Vincent, sur  20 minutes.fr. Ainsi, l’établissement privé catholique Jean Baptiste de la Salle, à Saint-Denis (93) comprend une école, un collège et un lycée. Il fait partie des 8300 existant en France, et accueille 2400 élèves, dont une majorité d’origine étrangère. 
 
 « (…° Souad Boussif, vendeuse de 45 ans, musulmane, y a inscrit ses quatre enfants, à raison de quelque 1000 euros par an pour chacun. Comme de nombreux parents, son choix a d’abord été guidé par le souci de « leur donner le meilleur enseignement possible ». « L’un de mes fils a été dans le public pendant trois mois, c’était catastrophique. Il pleurait, se faisait chahuter… Alors qu’ici, il y a un bon niveau d’études et un encadrement plus strict. Ça me plaît … ».
 
« (…° Il y a une problématique de la réussite dans le choix de ces parents musulmans, estime Dahmane Abderrahmane, conseiller de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris. Il ne s’agit plus de la première génération d’immigrés venus nettoyer les rues de Paris mais de la troisième génération, inscrite dans la durée. Des parents se disent ‘’moi mon père était ouvrier, je veux que mon fils soit cadre… » « Les fausses rumeurs sur l’enseignement de la soi-disant «théorie du genre» à l’école ont conforté certains dans leur choix. « Dans le privé on est à l’abri de ces trucs», tranche Dahmane Abderrahmane, qui paye la scolarité de ses petites-filles, musulmanes, dans une école catholique.

 Un document intitulé «Musulmans en école catholique» a été publié en 2010 par la direction de l’Enseignement catholique. On y rappelle quelques règles. « Par exemple, le voile n’est pas interdit, mais on ne peut pas admettre qu’un élève n’aille pas en gymnastique ou en Sciences de la vie et de la terre, souligne Claude Berruer, adjoint au Secrétariat général de l’Enseignement catholique. De même, on ne peut pas transformer l’école en salle de prière musulmane. Les choses sont claires.» Et semblent bien acceptées, conclut l’auteur de l’article accessible ICI dans son intégralité.
 
I.C