Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 20 avril |
Sainte Agnès de Montepulciano
home iconÉglise
line break icon

Birmanie : l’Eglise opposée à une loi sur la liberté religieuse

© DR /MEP

birmanie

Eglises d'Asie - Publié le 15/04/14

Selon l’archevêque de Rangoun, les projets de loi examinés en ce moment par le parlement sont la porte ouverte à une immixtion de l’Etat dans les affaires religieuses.

Tandis que se précise l’étude au Parlement de plusieurs projets de loi visant à « protéger la religion et la race » birmane, Mgr Charles Maung Bo, archevêque catholique de Rangoun, sort de sa réserve et met en garde contre toute velléité de l’Etat de s’ingérer dans le droit des personnes à choisir librement et individuellement leur appartenance religieuse.

Selon Mgr Maung Bo, la menace que font peser ces projets de loi sur la liberté religieuse est suffisamment grave pour justifier une intervention de sa part aujourd’hui. S’exprimant devant différentes agences catholiques d’information, telles Ucanews et Fides, il est revenu sur le contexte qui accompagne la présentation de ces projets de loi au Parlement.
Emmenés par la faction des moines bouddhistes extrémistes connue sous le nom de Mouvement 969, des nationalistes birmans ont chargé des juristes de rédiger quatre projets de loi concernant les mariages interreligieux, la conversion religieuse ou bien encore le contrôle de la croissance démographique.

Un des projets de loi les plus médiatisés est relatif aux dispositions civiles du mariage. S’il était adopté en l’état, une bouddhiste désireuse de contracter mariage avec un non-bouddhiste devrait au préalable obtenir l’accord tant de ses parents que des autorités de l’état-civil de son lieu de résidence. De plus, son futur mari se verrait dans l’obligation de se convertir au bouddhisme pour convoler en justes noces.

Pour Mgr Charles Bo, il y a là une immixtion de l’Etat dans le domaine religieux qui n’est pas souhaitable. « Le droit musulman pose qu’une personne désireuse de se marier avec un musulman devienne musulmane. Dans le cas d’un mariage avec une catholique, le droit de l’Eglise dit que cette personne doit s’engager à ce que les éventuels enfants du couple soient élevés dans la foi catholique. Il s’agit là de prescriptions religieuses. [Ce que porte le projet de loi à l’étude] est très différent dans la mesure où il s’agit d’une loi de l’Etat qui s’impose à un domaine qui appartient au religieux », a expliqué l’archevêque le 10 avril dernier dans son bureau situé derrière la cathédrale Sainte-Marie, à Rangoun.

Quant aux mesures visant à réglementer les conversions au bouddhisme, l’archevêque oppose là aussi un refus. « La conversion est un acte qui ressort de la liberté individuelle. Personne ne peut contraindre quelqu’un à embrasser une religion. Et d’ajouter à ce propos: “Le pape lui-même fait part d’un grand respect envers les athées. Je pense que nous devons respecter la conscience de chacun. Nous ne pouvons forcer quiconque à adhérer à une religion ou à quitter une religion – pas même les parents, l’Etat ou les moines »,.

Quant au projet de loi visant à limiter la croissance démographique de certaines catégories de population, les Rohingyas en réalité, qui sont déjà soumis à des règlements visant à limiter la taille de leurs foyers à deux enfants par famille, l’archevêque voit là des mesures qui mettront en danger les nouvelles libertés dont jouit depuis peu l’ensemble de la population du pays. « Si les restrictions se multiplient, ce n’est pas la démocratie », a-t-il mis en garde.

Au-delà des propositions de loi en cause, l’archevêque de Rangoun s’alarme du climat qui s’est instauré ces derniers temps dans le pays à la faveur des campagnes d’opinion des moines extrémistes du Mouvement 969. Il raconte ainsi avoir été frappé, lors d’une récente tournée effectuée par lui dans les environs de Rangoun, d’avoir entendu des sermons antimusulmans diffusés à longueur de journée par les haut-parleurs de pagodes bouddhiques.

« Ce discours de la haine s’est diffusé à tout le pays,

  • 1
  • 2
Tags:
birmanieliberte religieusemyanmar
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
2
WEB2-Quentin-Bernier-Gravat-VILLE-DE-VINCENNES.jpg
Agnès Pinard Legry
Vincennes : l’élu avait aussi l’Ordre de Malte dans l...
3
Funeral of Prince Philip
Marzena Devoud
L’adieu de la reine Elizabeth à son époux
4
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
5
WEB2-LES-FRANGINES-YOUTUBE.jpg
Bérengère Dommaigné
« En quelques secondes, tu fais pleurer le monde », Les Frangines...
6
WEB2-FILM-QUEST-CE-QU-ON-A-FAIT-AU-BON-DIEU-CHRISTIAN-CLAVIER-IMDB.jpg
La rédaction d'Aleteia
Catho, chanteur et Berrichon ? Participez au prochain film de Chr...
7
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
C’est par nos blessures que Jésus choisit d’e...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement