Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
home iconÉglise
line break icon

Lettre ouverte d’un prêtre aux jeunes non croyants

© DR

Juan Ávila Estrada - aleteia - Publié le 14/04/14

Dieu n’a pas de problème avec celui qui ne croit pas. Le problème est quand celui-ci ferme son esprit à la vérité.

11/04/14

Aujourd’hui, je veux te parler. Tu ne me connais pas, tu ne sais sûrement pas qui je suis. Puis-je commencer par te dire que je suis un prêtre ? Mais attends … ne me juge pas d’après ma condition ; je ne te ferai pas de sermons, je ne te menacerai pas de l’enfer, ni te dirai que tu vis mal ta vie. Je veux juste te parler comme quelqu’un qui, un beau jour, a trouvé un trésor immense, qui a contribué à changer toute sa perspective sur qui il était.

Comme toi, je cherchais à m’amuser et être heureux. Je ne peux pas dire que le Seigneur m’a sorti d’un énorme cloaque, où ne parvenait aucun pouvoir  humain. Je peux simplement dire que je vivais, luttais pour préserver le bonheur que je trouvais dans tout ce que je faisais et qui comblait provisoirement mon cœur.

Mais tout s’évanouissait à peine arrivé. Quand j’ai commencé à «philosopher», à  m’interroger pour la première fois sur qui j’étais, je ne me suis pas contenté de mon nom. Il n’étanchait pas ma soif de quelque chose que je ne connaissais pas.

Est-ce que je priais ? Oui, j’avais appris à le faire et ne savais que ce que beaucoup font quand ils prient. Mais ce n’était pas assez. Mon cœur aspirait à quelque chose de plus profond. Cela t’est-il déjà arrivé ?

Quelque chose me disait que je ne pouvais pas me contenter de faire partie de ces êtres vivants qui "naissent, grandissent, se reproduisent et meurent." C’est là que j’ai décidé de prendre au sérieux ma vie intérieure. Je n’avais aucune idée de ce que c’était, mais quelque chose me disait qu’il existait ce que beaucoup appellent l’«âme» ; nous ne savons pas où elle est, mais comme m’a dit un jour une très belle femme, « tu sais qu’elle existe quand tu agis mal ».

Tu ne me connais pas. De moi, tu sais seulement ce que je t’ai dit : que je suis un prêtre… Cela peut me rendre méprisable à tes yeux, tu peux  penser que je suis tout ce qu’on dit de nous, ou un frustré, quelqu’un qui fait du lavage de cerveau, un commerçant de la foi.
Je peux seulement te dire que je suis un être humain qui pleure comme tu as pleuré toi,  qui a connu la solitude, une personne qui a des enfants (beaucoup d’enfants), des femmes (beaucoup de femmes) et des parents (à foison). Ils ont tenu une promesse qu’ils m’ont faite.

Tu sais quoi? Je vis amoureux d’un homme qui me séduit ; c’est curieux  à entendre, car ça peut sembler ringard (pas étonnant, je suis un prêtre, vas-tu penser). Mais chaque fois que je me suis incliné devant cet homme, il m’a relevé faisant de moi un gagnant, un homme nouveau. Jamais il ne m’a condamné pour quoi que ce soit. Il a seulement su me murmurer, avec douceur, son amour immense, celui-là que j’ai découvert sur la croix. Et jamais, il n’a fermé ses bras ouverts pour  faire de moi un esclave, mais m’a donné une liberté que lui seul a su me donner.

Tu es sûrement tombé amoureux, une ou deux fois, et sans doute es-tu pessimiste sur l’amour : « l’amour n’est que stupidité ridicule en quoi seuls les naïfs croient ». C’est parce que l’amour humain est imparfait ; c’est pourquoi il est constructible, perfectible et douloureusement patient.

Mais moi, je te propose un amour parfait, qui ne faillit jamais, qui sera là quand tu vas pleurer, quand tu vas souffrir, quand tu vas rire et triompher. Je crois que le moment est venu pour toi de donner une chance à Quelqu’un qui, sans doute, t’était indifférent,  ou un parfait inconnu à tes yeux. Il la mérite. Tu as donné une chance à beaucoup, et tous t’ont déçu. Cela peut paraître une banalité, mais  en voici un qui « ne t’abandonnera jamais ».

Regarde la croix, ses bras ouverts, ses yeux fermés en pensant à toi et à tout l’amour qu’il t’offre. Tu veux le vaincre ? Laisse-toi vaincre par lui. Il ne te demande pas de croire en lui, simplement de te laisser aimer. C’est là que tu découvriras cet autre qu’a rencontré un homme appelé

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
DieuFoipretre
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
3
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
4
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
5
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
6
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
7
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement