Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 21 janvier |
Sainte Agnès de Rome
home iconÉglise
line break icon

Pape François : « La vie humaine est sacrée et inviolable »

FILIPPO MONTEFORTE

Philippe Oswald - Vatican.va - Publié le 13/04/14

Félicitant les membres du mouvement italien pour la vie qu’il recevait en audience le 11 avril, le Pape a réitéré la condamnation de l’avortement par l’Eglise et dénoncé une « économie qui tue »

12/04/2014

Lors de l’audience accordée aux membres du mouvement italien pour la vie, le Saint-Père a dénoncé une culture qui met l’homme à l’écart (qu’il désigne aussi souvent comme étant la « culture du déchet » ou « du rebut ») et une économie qui fait de l’homme « un bien de consommation ».
Il a félicité ces défenseurs de la vie et les a encouragés à la promouvoir, notamment auprès des futures mères, et à dénoncer fermement toute atteinte à la vie, en particulier celle de l’enfant à naître.

Son discours a été largement répercuté par les medias qui ont retenu (souvent pour s’en étonner !) la continuité entre la vigoureuse condamnation de l’avortement par le pape François et celle de ses prédécesseurs –mais aussi du Concile Vatican II qualifiant l’avortement de « crime abominable ». (Par exemple Metronews : « Si le style du pape François contraste avec celui de Benoît XVI, le fond ne diffère guère. Sur l’avortement, Jorge Mario Bergoglio a ainsi douché les espoirs, vendredi, de ceux qui attendaient plus de compréhension de la part de l’Eglise. Se référant directement au concile Vatican II, il a réaffirmé une position très dure sur l’IVG, comparant "avortement" et infanticide". »)

Voici les phrases clés de l’allocution du Pape :

« Cette économie tue » 
« La vie humaine est sacrée et inviolable. Le droit civil repose sur la reconnaissance de ce droit à la vie, « primordial et fondamental » et « qui n’est subordonné à aucune condition ni qualitative, ni économique, ni idéologique ».
« Comme le commandement “ne tue pas” pose une limite claire pour protéger la valeur de la vie humaine, aujourd’hui, nous devons dire “non à une économie de l’exclusion et de l’inégalité”. Cette économie tue… Elle considère l’être humain comme un bien de consommation qu’on peut utiliser et jeter. Une culture de la mise à l’écart est même valorisée. (Esort. ap. Evangelii gaudium, 53). Ainsi, la vie est elle aussi mise au ban ».

« L’avortement ou l’infanticide sont des crimes abominables »
Pour le Pape, un des risques « les plus graves auquel est exposée la vie à notre époque » est celui du « divorce entre l’économie et la morale », entre les possibilités offertes par un marché pourvu de nombreuses nouveauté technologiques et les normes éthiques élémentaires de la nature qui sont de plus en plus négligée. « Il convient de répéter notre ferme opposition à toute atteinte à la vie, en particulier à celles de personnes innocente ou sans défense, par essence celle de l’enfant à naître ». Puis le Saint-Père a cité cette phrase du Concile Vatican II : « La vie, une fois conçue, doit être protégée avec le plus grand soin, l’avortement ou l’infanticide sont des crimes abominables (Cost. Gaudium et spes, 51). »

Le Pape a rappelé l’anecdote de cette conférence de médecins à laquelle il avait assisté jadis : « A la fin de la conférence, je suis allé les saluer, l’un d’eux m’a pris à part,  et m’a montré une boîte qu’il avait à la main. A l’intérieur il y avait les instruments avec lesquels il avait pratiqué des avortements. » « J’ai trouvé le Seigneur et je me suis repenti, » lui a confié le médecin. Et le pape François de demander à tous de prier pour cet homme.

« Protéger la vie, à toutes ses phases, avec courage et amour »
« Il incombe aux chrétiens de témoigner toujours pour protéger la vie, à toutes ses phases, avec courage et amour. Je vous encourage à le faire sans cesse en montrant votre proximité : que chaque femme se sente considérée comme une personne écoutée, accueillie, accompagnée. »
Le pape souhaite que les enfants à naître soient protégés, mais aussi les grands-parents. « l’un comme l’autre représente l’espérance d’un peuple ». Les enfants et les jeunes comme guides, les grands-parents comme gardiens de la mémoire.
« Chers frères et sœurs, que le Seigneur soutienne l’action que vous accomplissez notamment dans vos centres d’aide à la vie, ou avec le projet “Un de nous » a conclu le  Pape avant de bénir les participants puis de leur demander de prier pour lui

Tags:
AvortementPape Françoisun de nous
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
young woman park
Edifa
La méthode de saint Ignace pour discerner les signes de Dieu
2
PAPIEŻ FRANCISZEK
Gelsomino Del Guercio
Le jour où le pape François a surpris tout le monde en demandant ...
3
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
4
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
5
Cerith Gardiner
Écoutez cette famille irlandaise et vous aurez forcément envie de...
6
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
7
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement