Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
Aleteia logo
Politique
separateurCreated with Sketch.

« Un de nous » au Parlement européen : respectez l’être humain !

ilocaa2rblga0gz1gyaqft1fjviva0ujbpn-s0vjnjfuwsi48p_ys_ognns7lbau2pqggpsjx_1jq4llx5plquqp7hxp.jpg

aleteia - publié le 11/04/14


« Les droits de chaque enfant à la vie dès le moment de sa conception » et que « l’embryon et le fœtus humains doivent bénéficier en toutes circonstances du respect dû à la dignité humaine ».
Nous demandons aux instances européennes d’être cohérentes et de tirer les conséquences de l’humanité de toute vie individuelle dès la conception.

Ainsi, ce que les signataires de l’Initiative demandent n’est pas seulement fondé sur une exigence morale fondamentale –le respect de la vie et de la dignité humaines-, mais aussi sur des motifs scientifiques, sociaux et juridiques : des motifs scientifiques qui montrent que la recherche sur les cellules souches embryonnaires est largement dépassée ; des motifs sociaux qui montrent que la pratique de l’avortement ne concoure pas au développement ni à l’amélioration de la santé maternelle ; des motifs juridiques qui montrent que l’action de l’Union européenne est incohérente du point de vue éthique.

Il a fallu des siècles pour que l’humanité renonce à l’esclavage, pour que nous reconnaissions en tout homme notre égal ; pour que nous reconnaissions l’étranger ou le « sauvage » comme « un de nous ». Déjà, à l’époque, des intérêts politiques, économiques et financiers s’opposaient à la reconnaissance de la pleine humanité et égalité en droit des esclaves. Aujourd’hui, il en est de même, et nous entendons les mêmes arguments utilitaristes qui invoquent l’importance pour l’économie de pouvoir supprimer et exploiter ces être humains qui ne seraient pas vraiment humains, en tout cas, pas à égalité avec nous.

Finalement, même d’un point de vue économique, l’abandon de l’esclavage s’est révélé bénéfique puisqu’il a permis la mécanisation de l’agriculture. De même, tout semble indiquer que l’abandon de la recherche destructrice sur les embryons humains sera bénéfique au progrès de la science car il favorise d’autres voies de recherche, en particulier sur les cellules souches adultes inductibles IPS. Depuis la découverte de ces cellules IPS, les investissements financiers privés sur les cellules embryonnaires s’effondrent littéralement. Il est donc non seulement contraire à l’éthique mais aussi à l’évolution scientifique que l’Union européenne continue à financer ces pratiques.

Et il est bien connu qu’aujourd’hui, le principal intérêt de l’utilisation des cellules souches embryonnaires n’est pas scientifique, ni thérapeutique, mais économique : elle permet à l’industrie pharmaceutique de tester à grande échelle ses futurs médicaments, à un coût financier moindre qu’en utilisant des cellules IPS ou animales.
De même, ce serait un grand progrès pour l’humanité si l’Europe, plutôt que de financer et d’encourager massivement l’avortement, s’engageait dans une véritable politique de développement qui lutte contre les causes de la mortalité maternelle et de l’avortement. Ce n’est pas en finançant l’avortement que l’Europe améliorera la santé maternelle, au contraire !

Si l’Europe veut améliorer la santé maternelle dans les pays pauvres, il faut améliorer les infrastructures médicales, la formation du personnel, l’hygiène, les routes ! C’est leur déficience qui cause la mortalité maternelle. Ce n’est pas en faisant de l’accès à l’avortement une priorité que l’on améliorera la santé maternelle, au contraire, car l’avortement –même dans les pays industriels- est une cause importante de mortalité maternelle : la preuve en est que les pays qui limitent fortement le recours à l’avortement sont précisément ceux qui ont les taux de mortalité maternelle les plus faibles; les exemples du Chili, de l’Irlande ou de la Pologne le prouvent. Le taux de mortalité maternelle est largement supérieur aux Etats-Unis qu’en Pologne.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Tags:
Embryongregor puppinckun de nous
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement