Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Gouvernement : une nomination sulfureuse à la famille

© Philippe Grangeaud/Parti socialiste
Partager

Le choix de Laurence Rossignol comme secrétaire d’Etat à la Famille et aux Personnes âgées est un signal d’alarme pour les défenseurs de la famille et de la filiation.

11/04/2014 

Certes, le gouvernement Valls se veut « tout économique » et a incontestablement du grain à moudre en la matière. Mais aurait-il renoncé pour autant à poursuivre les bouleversements sociétaux du gouvernement Ayrault ?

La nomination de Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise, comme secrétaire d’Etat à la Famille et aux Personnes âgées est un signal d’alarme pour les défenseurs de la famille, du moins ceux qui connaissent son parcours et ses prises de position : venue de la Ligue communiste révolutionnaire, elle se situe à gauche dans le PS, et ses prises de position sont celles d’une féministe radicale, notamment dans le débat autour de la théorie du genre. L’avoir choisie à ce poste apparaît comme une « provocation »  pour le député UMP Hervé Mariton :  «Elle s’exprime très clairement comme porte-parole de la gauche dure, poursuit Hervé Mariton. Elle est par exemple défavorable aux droits familiaux de retraite des pères. Et elle a déposé des textes provocateurs…» explique-t-il au Figaro.

 Du côté de la Manif pour tous, on se souvient de l’active participation de Laurence Rossignol à la polémique sur la théorie du genre avec notamment cette petite phrase : «les enfants n’appartiennent pas à leurs parents». A la lettre, c’est exact : ils ne sont pas leur propriété. Mais on voit bien qu’en arrière-plan, c’est la question du « premier éducateur » qui est en jeu : les parents ou l’Etat ?

Les mois à venir verront si des associations « en pointe », telle que l’Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens (APGL), auront ou non l’oreille de la nouvelle secrétaire d’Etat sur la PMA, la GPA,  la « pluriparentalité », le statut du beau-parent…ou si au contraire la Manif pour tous parvient à ce que le gouvernement renonce à l’adoption pour les couples de même sexe.

Pour l’heure, l’exécutif marche sur des œufs ou avance masqué. Après avoir retiré la loi Famille le 3 février, dès le le lendemain de la Manif pour tous, il a dissimulé jusqu’aux municipales le rapport « Filiation, origines, parentalité » que Dominique Bertinotti, à laquelle succède Laurence Rossignol, avait commandé à la sociologue Irène Théry. On comprend pourquoi :  « la PMA était bien prévue, la GPA en embuscade », explique Famille Chrétienne : « ce texte … évoque clairement l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de même sexe et la reconnaissance de la filiation des enfants nés par gestation pour autrui (GPA) à l’étranger, malgré les dénégations de Dominique Bertinotti et de Claude Bartolone. » Or ce sont là « …deux changements dont François Hollande ne voulait plus entendre parler :… une véritable révolution du droit de la famille »  commente Le Monde.  En résumé, il s’agissait de « faire famille » de toutes les façons imaginables, y compris par la PMA avec donneur, car, lit-on dans ce rapport, « ces engendrements à trois n’ont rien de honteux ».

Pourtant ce texte explosif qui gêne le Président de la République n’est pas pour autant déminé, si l’on en croit Le Monde : « … certaines de ces mesures ont trouvé un débouché dans le texte d’origine parlementaire sur l’autorité parentale dévoilé jeudi 3 avril. Une autre proposition de loi portée par les sénateurs socialistes, est attendue au sujet de l’adoption. Le texte pourrait donc continuer à inspirer les parlementaires. »

L’appaisement voulu par François Hollande et annoncé par Manuel Valls pourrait donc être de courte durée.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]