Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Ukraine : « Nous sommes coupés du reste du monde »

AED

AED Ukraine

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) - published on 10/04/14

Mgr Jacek Pyl, évêque auxiliaire d’Odessa-Simféropol, décrit à l’AED la situation actuelle en Crimée. Un avenir très incertain, notamment pour les nombreux prêtres qui ne sont pas originaires de Crimée.

10/04/14

« Nous communiquons uniquement par téléphone ou courrier électronique», raconte l’évêque. « Même les colis avec le matériel d’aide sont retenus à la frontière. » Malgré les rares ressources disponibles, l’Église catholique, qui compte à peine 2000 fidèles, s’occupe de nombreuses familles en difficultés.

Après le référendum qui a déterminé l’annexion de la Crimée par la Russie, les banques ukrainiennes ont été fermées afin de créer le vide pour les banques de la Fédération russe. La monnaie russe commence juste à circuler et durant la période de transition, les habitants n’avaient aucun accès à leurs comptes en banque, ni ne pouvaient recevoir leurs salaires ou pensions de retraite. « Nous tentons de répondre à cette situation d’urgence en distribuant de la nourriture et des médicaments, surtout aux familles nombreuses. Nous aidons aussi les fidèles grecs orthodoxes qui assistent à nos offices religieux, car tous leurs prêtres ont quitté la Crimée. »

Le clergé romain catholique est resté sur la presqu’île, qui fait l’objet d’âpres conflits, mais leur présence dans l’avenir est encore incertaine. Il semblerait que le gouvernement à Moscou veuille introduire une obligation de visa pour les Ukrainiens n’étant pas originaires de Crimée. Or, de nombreux ecclésiastiques qui travaillent dans le diocèse d’Odessa-Simféropol sont de nationalité polonaise et bénéficient d’un permis de séjour longue  durée établi par le gouvernement ukrainien. En outre, le détachement de la Crimée a anéanti des années de négociations avec Kiev concernant la restitution de propriétés de l’Église confisquées à l’époque soviétique.

« Il semblait que l’église de Sébastopol qui, sous le communisme, avait été transformée en théâtre, ait été sur le point d’être restituée à l’Église, mais les efforts du passé sont devenus nuls aujourd’hui. » Quant aux autorisations de construction ou de rénovation obtenues avant le rattachement, elles n’ont plus aucune valeur. Mais Mgr Pyl ne perd pas courage : « Nous sommes si souvent repartis de zéro, et nous sommes prêts à recommencer. L’essentiel est qu’il n’y ait pas d’obstacles. »

«  Les nouvelles des médias sont vraiment alarmantes »
Il y a quelques semaines, l’évêque avait invité les habitants de Crimée dans une lettre à « ne pas accepter que la fraternité des peuples de la presqu’île se brise ». Une exhortation identique a ensuite été lancée par le métropolite russe orthodoxe, S.B. Lazare de Simféropol et de Crimée. « Les chrétiens de toutes confessions ont prié dans l’unité spirituelle qu’il n’y ait aucun conflit meurtrier entre frères. Le sang qui n’a pas été versé durant la transition de la Crimée vers la Russie est un signe de la force de notre prière. »

Actuellement, les relations avec la communauté islamique sont stables, même si certains médias annoncent l’arrivée en Crimée d’organisations militantes venues de Tchétchénie et des anciens pays de la Yougoslavie. « La situation est encore calme, mais les nouvelles que nous recevons par les médias sont vraiment alarmantes. »

Plongé dans ses pensées sur l’avenir incertain de la région, Mgr Pyl souligne l’immense nécessité de la prière et raconte comment les gens survivent en Crimée, uniquement grâce aux vertus chrétiennes : « La foi nous permet de considérer les événements à travers le prisme de la providence divine ; l’espérance nous fait regarder vers l’avenir, car nous savons que Dieu nous est proche en ces moments difficiles ; et l’amour que nous portons à Dieu et à nos frères et sœurs nous aide à ne laisser germer aucune haine dans nos cœurs. »

Tags:
crimeeÉglise
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement