Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 octobre |
Saint Demetrius
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

Fécondation in vitro : 10 points à connaître avant de décider

Elizabeth Kirk - Publié le 09/04/14


embryons congelés, mettent en évidence un grand « gâchis ». Étant donné le taux d’échec inhérent aux FIV, nous devrions nous pauser et réfléchir. Oui ou non, devons-nous, en conscience, détruire autant de vies pour en créer une seule ?

7. Parfois, la fécondation in vitro implique un avortement
La FIV entraîne en effet la destruction intentionnelle de la vie humaine. Quand de multiples embryons sont créés et transférés dans l’utérus d’une femme, la plupart s’implantent avec succès. La « réduction sélective » est ainsi une technique utilisée dans ce cas pour réduire les possibilités de grossesses multiples.

8. La FIV est aussi risquée pour la femme
Le procédé requiert que la mère (ou la donneuse d’œufs) se soumette à un traitement de stimulation hormonale. Un tel processus n’est pas sans risques, de même ensuite pour l’implantation. Aussi, en raison de la probabilité plus forte de grossesse multiple, avoir recours à la FIV augmente le risque de complications.

9. La fécondation in vitro n’est pas un remède contre la stérilité
Une femme en bonne santé doit être en mesure de concevoir et de porter un enfant. Si elle ne peut pas, c’est que
quelque chose ne doit pas aller au niveau médical ou psychologique. Alors qu’elle pourrait être traitée de différentes autres façons, la FIV ne va pas l’aider puisque l’on se concentre uniquement sur le fait de "fabriquer" un bébé. Cela ne va pas restaurer sa fertilité ni lui permettre d’avoir par la suite des grossesses naturelles.

10. La fécondation in vitro chosifie les femmes et les enfants
En effet, le procédé traite les femmes comme un moyen d’avoir des enfants, plutôt de les traiter comme une personne. L’attitude qui sous-tend la FIV est de donner à la femme un produit, le « bébé », plutôt que de l’approcher avec intégrité comme une personne qui a le droit à des soins de santé. La FIV est une industrie multi-milliardaire qui combine les pires aspects de la performance technologique avec la mentalité consumériste. De plus, elle se nourrit d’un désir naturel (et bon), la procréation. La fécondation in vitro chosifie également les femmes donneuses, qui donnent leurs œufs « en bonne santé ». L’enfant « produit » par la FIV est de même chosifié puisqu’il a été traité dès sa conception comme interchangeable plutôt que comme une personne unique.

Si, comme mon mari et moi, vous vous interrogez sur la fécondation in vitro, quelles sont vos options ? Les couples qui affrontent la stérilité ont de meilleures options. Napro Technology, par exemple, approche la stérilité d’un point de vue global, en traitant les problèmes de santé des personnes qui pourraient être la cause de cette stérilité, et se concentre sur le diagnostic. Leur taux de succès est plus élevé que celui des FIV. Enfin, bien sûr, il y a d’autres façons de construire une famille, par exemple via l’adoption, qui n’implique pas de risquer des vies humaines.

Que dire si vous avez suivi des traitements médicaux épuisants et que vous ne pensez pas être faits pour l’adoption ? Que faire si la fécondation in vitro est votre dernier espoir de concevoir et porter un enfant ? Cela peut être très difficile à accepter, d’en faire son deuil. Mais, si on cherche à réaliser ce désir d’enfant via la FIV, il nous faut aussi nous demander à quel prix.*

G.B.
Traduit et adapté de la version anglaise d’Aleteia.

* Etant étendu que pour un catholique, le prix le plus lourd -trop lourd- à payer serait de ne pas consentir à ce que dit l’Eglise. Lire à ce sujet : Fécondation in vitro : pourquoi l’Eglise s’y oppose-t-elle ? Aleteia

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Bioéthiquediagnostic pre implantatoireeugenismefecondation in vitro
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-POITIERS-shutterstock_1857434686.jpg
Bérengère Dommaigné
À Poitiers, un établissement catholique reçoit des menaces
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement