Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Hommage : Il y a 20 ans s’éteignait le Pr Jérôme Lejeune

Lejeune Foundation
Partager

Alors que le procès pour la cause de sa béatification avance, l’héritage du chercheur est toujours présent.

03/03/2014

Le 3 avril 1994, le Professeur Jérôme Lejeune décédait d’un cancer à l’âge de 67 ans. L’homme qui a découvert le troisième chromosome 21, à l'origine de la trisomie 21, et dont la cause de béatification est ouverte, a toujours associé science, éthique et vérité dans ses recherches (cf Aleteia). Vingt ans plus tard, son héritage est toujours présent.

La Fondation Jérôme Lejeune
En se positionnant « pro-vie », la Fondation Jérôme Lejeune continue le combat initié par le chercheur au début des années 1960 alors qu’il était directeur de recherche au CNRS. La Fondation se positionne en particulier dans les débats liés actuellement à l’avortement et aux maladies génétiques. Pour Jérôme Lejeune en effet, découvrir une telle anomalie génétique n’avait pas pour but de l’éradiquer en avortant tous les êtres à naître porteurs du chromosome défectueux (situation qu’il qualifia d’ailleurs de « racisme chromosomique »). Bien au contraire, cette découverte permettait avant tout d’ouvrir les recherches pour trouver un moyen de la résorber.

Á l’occasion des 20 ans de la disparition du Professeur, Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Lejeune, revient dans un communiqué de presse sur le message de Jérôme Lejeune. Pour lui, « ce qui caractérise la fidélité à Jérôme Lejeune, ce n’est pas de recevoir l’acquiescement ensommeillé du monde, c’est de provoquer son réveil. (…) On rappellera que Jérôme Lejeune doit sa notoriété au service qu’il a rendu à la science autant qu’à la conscience. C’est parce que sa personnalité était unifiée au plus haut niveau qu’elle est si difficile à imiter. (…) Le premier devoir du médecin est de ne pas tuer ses patients. C’est ainsi que l’Histoire a retenu son nom ! »

Un chemin semé d’embûches
Alors qu’aujourd’hui, en France, 96% des fœtus porteurs de la trisomie 21 sont avortés, Jean-Marie Le Méné évoque les difficultés éprouvées tout au long de ces années. « Si nous n’avions pas tenu ferme, alors l’Institut Jérôme Lejeune n’existerait pas. A quoi bon créer une consultation médicale quand il n’y aura bientôt plus de personnes trisomiques à soigner ?  Si nous n’avions pas tenu ferme, alors la recherche scientifique sur la trisomie serait déshéritée. A quoi bon chercher à guérir des personnes quand on juge plus expédient de ne pas les faire naître ? »

Jérôme Lejeune, un saint des temps modernes
En plus d’avoir été un scientifique hors pair, Jérôme Lejeune était aussi un homme profondément croyant. Pour lui, science et foi étaient loin d’être incompatibles. Sa bataille exemplaire, au péril de sa carrière et dans une société hostile à la vision de la vie qu’il véhiculait, en a impressionné plus d’un. Les personnes qui l’ont connu disent aujourd’hui avoir été frappé par sa liberté et sa sainteté.

Homme libre, au service des plus vulnérables, Jérôme Lejeune est un saint des temps modernes. Á ce sujet, le procès pour la cause de sa béatification avance. Aude Dugast, en charge du dossier, a ainsi déclaré à l’agence Zenit que, fin février dernier, la Congrégation pour la Cause des Saints a signé « le décret de validité juridique de l’enquête diocésaine. »
 
Jérôme Lejeune, modèle exemplaire pour les médecins
Les 20 ans « de l’entrée au ciel » de Jérôme Lejeune est aussi l’occasion de faire mieux connaître le chercheur. Car le Professeur est aussi la figure d’un scientifique libre intellectuellement qui ne trahit pas sa conscience. De son vivant, et même après, il a marqué nombre de médecins.

Á cet égard, Aude Dugast, rappelle à l’agence Zenit le témoignage de « ce médecin qui s’est converti en entendant Jérôme Lejeune témoigner lors du fameux procès de Maryville (Tennessee) où il a défendu l’humanité des 7 embryons congelés que les parents en instance de divorce se disputaient. Ce médecin, avait ‘conçu’ ces 7 embryons. Après la déposition du Pr Lejeune, il a quitté son activité et fondé un centre médical à la pointe de la modernité, sans but lucratif. Il a été touché au cœur par la géniale simplicité du Pr Lejeune qui rappelait : « la médecine c’est la haine de la maladie et l’amour du malade », par sa science rigoureuse et par le regard d’amour qu’il portait sur chaque être humain, créé à l’image de Dieu. »

Hommages au Professeur Lejeune pour les 20 ans de sa mort
Alors que des hommages se tiendront dans le monde entier, les cardinaux Barbarin et Vingt-Trois présideront des messes respectivement à Lyon vendredi 4 avril à 19h et à Notre-Dame de Paris le samedi 5 avril à 10h30.
De même, le 8 avril prochain, les Mardis des Bernardins consacreront leur conférence au Professeur, avec pour thème : « Jérôme Lejeune, une conscience pour la science d'aujourd'hui ? »

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]