Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Déficit : Bruxelles « rafraîchit la mémoire » de la France

Partager

Bruxelles rappelle à la France qu’elle doit ramener son déficit sous la barre des 3 % pour 2015. Mission impossible pour François Hollande et Manuel Valls ?

02/04/14

Manuel Valls n’aura sans doute pas le temps de s’accommoder aux dorures de Matignon… Bruxelles a donné ce mardi 1er avril un coup de semonce qui n’avait rien d’un canular. Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires économiques a rappelé que le pays avait bénéficié de deux sursis, et qu’il était temps de se réveiller.
 
La France doit ramener son déficit sous la barre des 3 % pour Bruxelles
Tel est en substance, le message délivré ce mardi 1er avril par Olli Rehn, le commissaire européen aux Affaires économiques. Le technocrate a rappelé en effet que la France avait bénéficié de deux sursis pour ramener son déficit public en dessous de la barre des 3 % en 2015. Interrogé au cours d’une conférence de presse, Olli Rehns a précisé qu’il n’avait pas reçu de demande de prolongation du délai pour parvenir à un tel objectif.

L'Insee annonce un PIB en déficit de 4,3 % pour 2013
Olli Rehns sait en fait pertinemment que la France ne tiendra pas sa promesse. Ou du moins que cela sera très difficile. L’Insee a en effet annoncé lundi que le déficit du PIB pour 2013 était de 4,3 %. Un échec pour l’ex-gouvernement qui s’était fixé un objectif de 4,1 %. De plus, après avoir nommé Manuel Valls pour prendre la suite de Jean-Marc Ayrault à Matignon, François Hollande a précisé qu’il allait demander l’indulgence de Bruxelles sur la question.

La France doit (vraiment) faire des efforts
Preuve que les choses sont bien mal entamées. Il n’est pas dit que Bruxelles montre un peu plus de patience cette fois-ci. « La France est consciente de ses engagements, elle a déjà obtenu du temps et doit fournir davantage d’efforts » a notamment déclaré Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe. Quant aux délais accordés par Bruxelles, et que s’apprête à demander une fois de plus François Hollande, la réponse d’illi Rehns est assez claire : « Je ne ferai pas de commentaires ».
Manuel Valls est prévenu. Olli Rehns attend de pied ferme les mesures de son futur gouvernement. « J’ai hâte de recevoir le programme de stabilité de la France dans les prochaines semaines » a-t-il conclu. Au fait, bienvenue Monsieur le Premier ministre !