Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Boeing disparu : nouvelle zone de recherche

© MOHD RASFAN / AFP
MALAYSIA, SEPANG : Students write on a placard carrying messages for the passengers of missing Malaysia Airlines flight MH370 at Kuala Lumpur International Airport (KLIA) in Sepang, outside Kuala Lumpur on March 19, 2014. The ice-cold trail for missing Malaysia Airlines flight 370 has spawned an expanding array of theories -- from the sensible to the outlandish -- as a fascinated public attempts to fill the information vacuum. AFP PHOTO / MOHD RASFAN
Partager

Les recherches ont repris ce vendredi 28 mars dans une zone modifiée après de nouveaux calculs situant la chute probable de l’appareil dans une zone plus proche de l’Australie. De nouveaux débris ont été repérés mais toujours pas un seul repêché…

29/03/2014

(Légende photo : des étudiants malaisiens écrivent des messages à l'intention des 239 personnes à bord du Boeing disparu le 8 mars.)

Cela paraît incroyable mais fait toucher du doigt les limites de notre supposée toute puissance technologique : aucun des centaines de débris repérés dans l’océan Indien depuis près de deux semaines n’a pu encore être repêché à cause du mauvais temps !

Cependant, il y a du nouveau : le Boeing de la Malaysia Airlines serait tombé à court de carburant et se serait donc écrasé en mer plus tôt qu’on le supposait précédemment car sa vitesse aurait été supérieure à sa vitesse de croisière et surtout, selon Michel Chevalet (BFM-TV), son altitude plus basse, d’où une plus grande consommation de kérozène. "Les nouvelles informations dont nous disposons se fondent sur l'analyse continue des données radar entre la mer de Chine méridionale et le détroit de Malacca", a indiqué l'Agence australienne de sécurité maritime (AMSA) qui coordonne les recherches. Selon l'AMSA, les nouvelles informations "indiquent que l'avion volait plus vite que ce qui avait été estimé et avait ainsi consommé davantage de carburant, ce qui réduit la distance possible parcourue par l'avion vers le Sud dans l'océan Indien", rapporte Sud-Ouest.
En conséquence de cette nouvelle estimation, la zone des recherches a été déplacée de 1100 kms. « La nouvelle zone de recherche s'étend sur 319.000 kilomètres carrés, à environ 1.850 kilomètres à l'ouest de Perth » précise le Nouvel Observateur. Elle se situe dans des eaux plus calmes, ce qui devrait faciliter les recherches,  mais demeure immense : l'équivalent de la taille de la Pologne. Des photos aériennes de "plusieurs objets de différentes couleurs" dans cette nouvelle zone de recherche  « seront évaluées dans la nuit », annonce l'Amsa.

Voilà vingt jours, le samedi 8 mars,au cœur de la nuit, le vol MH370 s’envolait de Kuala Lumpur à destination de Pékin.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.