Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pornographie : apprendre à se dire et à dire « non »

© Pojoslaw
Partager

Alors que le pape évoque la « misère morale » dans son message de Carême, le prêtre et psychanalyste Tony Anatrella rappelle pour Paris Notre-Dame le piège de la pornographie.

24/03/2014

Paris-Notre-Dame : Qui la pornographie touche- t-elle ?
Mgr Tony Anatrella : 43% des internautes consultent des sites pornographiques, dont 1/3 de femmes. Les 12-17 ans sont les plus grands consommateurs et 90% des 8-16 ans se connectent à un site. Pour tous les âges, cela représente 70 000 millions de requêtes par jour.

P. N.-D. : Tout le monde est-il susceptible de tomber dans ce piège ?
Mgr T. A. : Oui, si on reste imprudent, surtout parmi les enfants et les adolescents. Au départ, ils le font par curiosité ou en étant entraînés par les autres : il se produit une sorte de fascination et un trouble qui réveille les pulsions premières. Une expérience qui suscite parfois une inquiétude d’être débordé et un dégoût lié à la régression de la sexualité génitale à la sexualité partielle. Ensuite, les images risquent de se fixer au point de les consulter à nouveau jusqu’à privilégier une recherche compulsive et répétitive.

P. N.-D. – En quoi est-ce une source de souffrance ?
Mgr T. A. – Je reçois aussi bien des enfants, des adolescents et des adultes qui souffrent de cette consommation et ne parviennent pas à dormir après. La plupart des jeunes n’ont pas les repères psychologiques et physiques pour intégrer les images qu’ils ont vues et les dépasser. Le salut est dans la fuite pour échapper à des influences nocives. Mais ceux qui vont en dépendre créent en eux -même s une tension lorsque la sexualité imaginaire domine la sexualité réelle. Ils s’enferment dans un espace où le pulsionnel est cultivé pour lui-même. La pornographie crée de profonds brouillages. Dans ces conditions, comment accéder à la découverte de la beauté du corps et aux aspirations de l’amour ?

Propos recueillis par Ariane Rollier

Pour lire la suite de l'article : http://www.paris.catholique.fr/misere-morale-sortir-de-la.html
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]