Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vol d’un tabernacle : les habitants de Brie-Comte-Robert sous le choc !

Paroisse Brie Compte Robert
Partager

La profanation de la chapelle de l’église Saint-Etienne et le vol du tabernacle et des hosties consacrées n’émeuvent pas seulement les fidèles.

21/03/2014
 

« Nous avons eu la tristesse de découvrir lundi matin que la porte arrière de la chapelle saint Etienne de Brie-Comte-Robert avait été forcée, et que le tabernacle avait été volé… nous sommes touchés au cœur de notre foi par ce manque de respect et d’amour au Christ… C’est jusque dans notre chair que nous souffrons… », écrit à ses paroissiens le père Régis Evain, curé de la paroisse Saint-Etienne de Brie-Comte-Robert, en région parisienne.
 
La chapelle attenante à l’église a été forcée et le tabernacle volé. « Cet acte revêt pour nous une gravité particulière car, outre la profanation du lieu et le vol, ce tabernacle contenait des hosties consacrées », ajoute-t-il dans un ton de grande tristesse, au lendemain de la profanation et du vol, survenu dans la nuit du 9 au 10 mars. Il ignore encore le mobile : la recherche d’un bien de valeur ou le vol de l’eucharistie ? Une plainte a été déposée à la police et la justice est saisie de ce dossier.
 
Dans un entretien à Radio Vatican, P. Régis rapporte que pas seulement ses paroissiens mais tous les habitants  de Brie sont encore très choqués par cet acte triplement répréhensible car : d’abord commis dans un lieu sacré, puis portant atteinte à un objet de valeur qui appartient au patrimoine mais surtout – «  le plus grave pour nous », estime-t-il –  c’est l’eucharistie qui a été volé.
 
Le vol dans les églises est un phénomène européen : statues, candélabres, calices, encensoirs … tous est bon pour les pilleurs d’églises. En novembre dernier, c’est tout un réseau national qui a été démantelé dans le Pas-de-Calais, au bout de six mois d’enquête. Des vols commis en bande organisée, précise la police qui a déjà mis la main sur 5 de leurs chefs. Face à ce constat, de plus en plus d’églises ont décidé de fermer leurs portes en dehors des offices.  Et l’église Saint-Etienne de Brie-Comte Robert, elle non plus n’a pas été épargnée par  ces vols « de petits objets » à plusieurs reprises, mais elle n’avait jamais connu un vol d’une telle gravité.
 
Le  P. Régis souhaite réparation par la justice mais également par « la vraie justice », celle qui «  doit se vivre avec Dieu et envers Lui, avec sa miséricorde et en esprit de réparation ».  « Le Christ a offert sa vie pour nous racheter et réparer pour nos péchés ; et nous, qu’allons-nous faire pour réparer cet outrage qu’Il a reçu ? », demande-t-il à ses paroissiens dans sa lettre.

Avec l’évêque de Meaux, Mgr Jean-Yves Nahmias, il invite les fidèles à offrir un temps d’adoration et/ou un chemin de croix vendredi 21 mars 2014 à Brie. (cf. agenda paroisse). La semaine suivante, Mgr Nahmias viendra célébrer une messe pour les paroissiens de l’église profanée.  
 
 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]