Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 octobre |
Saint Demetrius
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

« Le Pape François m’a sauvé la vie pendant la dictature argentine »

Associated Press - Publié le 18/03/14


»

Pour Marcelo Larraquy, « Bergoglio n’a pas été complice des militaires, mais il a supporté l’horreur en silence. » Dans le même temps, « il a utilisé le collège des jésuites comme refuge pour protéger les prêtres et séminaristes qui couraient des risques. Il les a cachés, les a aidés, leur a donné de la nourriture et organisé un système pour faciliter leur fuite du pays. Mais Bergoglio mettait une condition. Pour qu’il puisse les cacher, ils devaient abandonner toute action militante politique et pastorale. »

En 1973, lorsque le Père Bergoglio fut nommé provincial pour la Compagnie de Jésus, de nouveaux courants de pensée ont éclos en Amérique latine, influencés par le concile Vatican II de 1965 qui fixait les lignes d’une rénovation de l’Eglise. On retrouve notamment le courant de la théologie de la libération. Dans cette théologie, l’accent était mis sur les profondes inégalités sociales causées par le système capitaliste sur le continent et sur l’aide à offrir aux pauvres pour se libérer de l’oppression.

En Argentine est né le Mouvement des Prêtres pour le Tiers Monde. Ces prêtres orientaient leur action pastorale vers les quartiers les plus marginaux. Les militaires les accusèrent alors d’être communistes et les assassinèrent (cf Aleteia). D’après Larraquy, ce sont des centaines de membres du clergé, de différents ordres religieux et diocèses, qui furent ainsi tués.

Le prêtre Juan Carlos Scannone, qui fut poursuivi pour avoir apporté son soutien aux pauvres d’un quartier défavorisé, déclare également devoir la vie au Père Bergoglio. Il se rappelle la peur ressentie quand, chaque jour, il parcourait les douze pâtés de maisons du quartier de classe ouvrière La Manuelita pour venir au Collège Máximo.

« Bergoglio m’a dit de ne plus venir seul, qu’il fallait que je sois accompagné car, si je disparaissais, il fallait des témoins », raconte l’homme qui est aussi un adepte de la théologie du peuple, un courant non marxiste de la théologie de la libération. A l’époque de la dictature, ses publications étaient relayées dans des revues spécialisées, auxquelles les militaires prêtaient une attention toute particulière. Il décrit qu’alors, Bergoglio le défendait chaque fois que les évêques le questionnaient sur les propos qu’il y tenait.

Dans son livre « La liste de Bergoglio », Scavo relate qu’à cause d’une répression brutale, trois séminaristes qui travaillaient dans le diocèse du cardinal Enrique Angelelli, qui faisait partie du Mouvement des Prêtres pour le Tiers Monde et assassiné en 1976, se cachèrent dans le collège jésuite. L’un de ces séminaristes, Miguel La Civita, explique que « c’était une période difficile car les militaires faisaient toujours des rondes autour des propriétés. Bergoglio avait une stratégie. Il faisait en sorte d’établir la confiance avec les militaires pour ne pas qu’ils le soupçonnent de cacher des gens. De cette façon, je l’ai vu sauver des vies. »

Pour Larraquy, le chef des Jésuites soutenait le travail de solidarité de ces prêtres avec les plus pauvres. Mais il n’était pas d’accord avec leur implication politique et leur contact avec les membres de la guerilla. « Bergoglio les a obligés à démissionner de l’ordre, mais il ne leur a jamais donné de lieu de résidence. A cette époque il ne fallait pas se faire remarquer. »

Les Jésuites furent détenus dans l’Ecole Mécanique de l’Armée, le principal lieu de torture et de détention illégale pendant le régime. Ils furent libérés en octobre 1976. A ce sujet, Bergoglio a témoigné devant la justice en 2010. Il a affirmé avoir rencontré les dictateurs Jorge Rafael Videla et Emilio Massera pour réclamer la liberté des religieux.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
dictaturejesuitePape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-POITIERS-shutterstock_1857434686.jpg
Bérengère Dommaigné
À Poitiers, un établissement catholique reçoit des menaces
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement