Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconÉglise
line break icon

Carmel de Mazille : des sœurs « un peu dingues » qui cultivent la terre

Bruno ROTIVAL/CIRIC

Paris Match - Publié le 18/03/14

Paris Match consacre un très beau reportage aux carmélites de Mazille, installées depuis les années 1970 dans un monastère conçu par un disciple de Le Corbusier.

18/03/2014

Au Carmel de Mazille, les nonnes ont épaté les agriculteurs en produisant leur nourriture terrestre. Installées depuis les années 1970 dans ce monastère conçu par un disciple de Le Corbusier, elles y ont créé une véritable ferme où le travail de la terre est vécu comme une école de vie.

" Elles sont un peu dingues… C’est ce qu’on a pensé quand on a entendu parler du projet des carmélites de venir s’installer sur la colline à Mazille, en Saône-et-Loire. Surtout quand on a appris qu’elles voulaient créer une ferme. Il n’y avait pas de route pour grimper, juste des ronces et un peu de vignes sur un des versants. Maintenant, on les a adoptées ", sourit Bruno Janin, producteur de viande bio de Cluny.

La foi soulève des montagnes, et la colline est devenue un coin de paradis à 6 kilomètres de Cluny. Un monastère tout en béton, aux lignes épurées, conçu par José Luis Sert, disciple de Le Corbusier, sorti de terre en octobre 1971. Le bâtiment est classé Architecture du XXe siècle par le ministère de la Culture. L’aventure a été rude. " La première chose à faire, cela a été de monter l’électricité, se souvient sœur Agnès-Marie, 68 ans. Pas moins de 150 mètres de tranchées à creuser."

«Les machos du monde agricole en ont pris un coup avec les sœurs ! »
A la lecture du devis, on s’est dit : “On ne tiendra jamais le budget”, alors on l’a fait à la main. Un travail de bagnards ! Un jour, j’entends deux paysans bavarder en regardant le chantier : “Ben, les sœurs, elles sont quand même pas manchotes… Elles en abattent, du travail !”" "Les machos du monde agricole en ont pris un coup avec elles", s’amuse Michel Podevin, un de leurs amis agriculteurs du Clunisois. Notre amitié a commencé en 1987 quand leur ferme a brûlé. Je n’avais pas assez de vaches et elles n’avaient plus de foin. Alors je leur en ai livré tout l’hiver… Cette solidarité est normale entre agriculteurs. Nous, on met de la technique partout. Faut-il se rendre esclave de tout ce matériel avec les crédits bancaires qui vont avec ? Le monde aujourd’hui ne sait pas rester simple. Les sœurs y arrivent."

Sœur Marcelle, 90 ans, doyenne de la communauté, raconte tout en épluchant des côtes de blettes : « Il fallait qu’on quitte le carmel de Chalon. C’était trop petit. On étouffait. Notre travail consistait à imprimer des images, mais on n’arrivait plus à en vivre à cause de la concurrence. » « On cherchait une activité qui nous fasse vivre en solidarité avec nos voisins, se souvient sœur Marie-Claire, une autre des pionnières. Nous voulions une existence compréhensible pour les gens, être des priantes insérées dans le monde rural, dans l’esprit du concile Vatican II. L’agriculture s’est imposée. Quand les premières vaches sont arrivées, on m’a dit : “Tu t’en occuperas.” » Sœur Agnès-Marie, une fille d’agriculteur, en rit encore : « Il n’y avait pas le matériel adéquat, parce qu’aucune sœur ne s’y connaissait. Je me suis dit : “C’est de la folie !” Et puis, tout le monde s’y est mis dans la bonne humeur, souvent avec l’aide de nos voisins, pour des vêlages difficiles, pour réparer le tracteur… Petit à petit, tout s’est mis en place. »

L’exploitation du carmel, enregistrée à la chambre d’agriculture, comprend aujourd’hui 25 hectares de terre, une cinquantaine de brebis et autant d’agneaux ; cinq vaches laitières donnent 70 litres de lait par jour, quelques génisses fournissent de la viande et assurent le renouvellement du cheptel. Les religieuses produisent du beurre, des yaourts et différentes variétés de fromage. Le potager fournit l’essentiel des légumes pour l’année. Pour les fruits, quelques pieds de vigne et trois cents arbres fruitiers (pruniers, pommiers, cerisiers) ont été plantés.

Lisez la suite de ce reportage en cliquant ici : http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-soeurs-paysannes-234915

Cliquez pour découvrir le Carmel de Mazille en images

Tags:
carmelcarmelites
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement