Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Istanbul: Un grand Concile panorthodoxe en 2016

© Public Domain
Partager

1200 ans après le Concile de Nicée, les primats des treize églises orthodoxes du monde décident d’un Concile panorthodoxe prévu pour la Pentecôte 2016.

14/03/14

Le 8 mars dernier,  Les primats des Eglises orthodoxes réunis en synaxe à Istanbul, ont annoncé la tenue d'un Concile panorthodoxe, c'est-à-dire réunissant toutes les Eglises orthodoxes autocéphales qui se reconnaissent comme tel entre elles (14 Eglises). Le Concile aura lieu à la Pentecôte 2016 en la cathédrale Sainte-Irène.

L’événement s’annonce historique, en cela que le dernier concile reconnu par les Eglises orthodoxes est le Deuxième Concile de Nicée, qui remonte à 787. 

Cyrille Ier, Patriarche de Moscou et de toute la Russie, insiste sur la portée d’un tel événement, au micro de La Voix de la Russie : « Il n’y a jamais eu de Conciles de cette envergure dans l’histoire parce que toutes les églises orthodoxes y seront représentées. Il est extrêmement important que toutes les décisions soient prises par consensus et qu’il n’y ait pas de vote. En même temps, le document qui vient d’être adopté précise que chaque église possède une voix. Cela signifie qu’elle ne pourra pas exprimer deux opinions différentes et que son opinion devra exprimer les sentiments de tous les évêques, de tout le clergé et de tout le peuple. C’est très important pour éviter les dissensions qui pourraient nous diviser. Le Concile est appelé à nous unir tous et à nous rendre efficaces face aux problèmes qui existent dans le monde et réconcilier ceux qui ont encore des divergences ».

Les représentants orthodoxes étaient officiellement rassemblés en synaxe pour se prononcer sur la situation de l’Ukraine et du Moyen Orient
Or, le véritable ordre du jour concernait plus l'organisation du Concile, dont les préparatifs ont commencé dans les années 1960 (avec une centaine de thèmes initialement proposés). Pendant deux ans, une commission composée de plusieurs évêques, représentant chacun une Eglise autocéphale se chargera des documents préparatoires, explique «AsiaNews». Ce même groupe sera ensuite chargé du Secrétariat du Concile à venir.

Un Synode pour unifier l’orthodoxie
L’objectif du Concile est de parvenir à l’unification et à surmonter des années de tensions entre certaines Eglises autocéphales, notamment entre celle de Constantinople et de Moscou. 
Comme le rappelle La Voix de la Russie, les patriarches se sont entendus sur plusieurs aspects d’importance majeure, notamment sur la protection des chrétiens en Syrie et au Proche-Orient, ainsi que sur la déclaration concernant la crise politique en Ukraine, qui regroupe trois points centraux: «Le premier est l’appel à la paix et au règlement pacifique de tous les problèmes. Le deuxième exhorte tout le monde à s’interdire l’occupation des églises et des monastères par la force, afin que les divergences entre les églises ne soient pas réglées par la force militaire ou physique. Le troisième enfin, est un appel très important aux dissidents en rapport avec la situation en Ukraine. Toutes les églises orthodoxes ont appelé les dissidents à retourner au sein du giron de la Sainte Église Orthodoxe».

La question du Patriarcat d’Antioche 
Le communiqué annonçant la tenue du Concile n’a toutefois été signé que par douze des treize Eglises autocéphales présentes : la délégation du Patriarcat d'Antioche (le Patriarche Jean X d'Antioche n'ayant pas pu prendre part à la Synaxe pour raison de santé) a refusé de signer le communiqué et s’est retirée des négociations,au motif que la question du Qatar (le territoire relève de la juridiction canonique du patriarcat d'Antioche mais le patriarcat de Jérusalem a décidé d'y nommer un évêque en lui donnant le titre d'archevêque du Qatar) n'avait pas été traitée, comme le rapporte un article paru sur La Vie
Carol Saba, responsable de communication de l'Assemblée des évêques orthodoxes en France précise à l’hebdomadaire que le différend va au-delà d’un simple conflit territorial, car il «met en cause l'ordre canonique des juridictions entre les Eglises orthodoxes défini dans le cadre des conciles œcuméniques alors que c'est par le respect mutuel de ces canons que s'exprime aussi l'unité de l'Eglise orthodoxe et que fonctionne son ecclésiologie de communion. La synaxe a acté le principe du consensus et non de la majorité (qualifiée ou pas) dans le processus de préparation du Concile panorthodoxe et dans la mécanique de prise de décision lors du Concile. Cela signifie que toutes les Eglises devraient participer aux préparatifs et chacune d'elles, même la plus petite, aura un droit de véto sur les décisions qui devront être prises par consensus, à l'unanimité. »

Le Concile ne pourra avoir lieu sans le patriarcat d’Antioche: Dès lors, les différents responsables devront oeuvrer afin de « trouver une issue favorable à la situation du Qatar acceptable pour le Patriarcat d'Antioche qui est le premier concerné par cette question. »

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]