Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pakistan: des religieux veulent abolir l’interdiction du mariage d’enfants

@DR
Partager

Le plus haut comité religieux demande au parlement d’abolir cette interdiction qu’il juge non conforme à la Sharia. Réaction immédiate des associations de défense des droits de l'Homme.

13/03/2014

Le comité de l'idéologie islamique, chargé de conseiller le Parlement pakistanais sur la compatibilité de la législation avec la loi islamique a demandé au gouvernement d'abolir l'interdiction des mariages d'enfants, jugée non conforme à l'islam, provoquant une levée de boucliers d'associations de défense des droits de l'Homme.
 
Cette demande a été faite mercredi 12 mars lors d’une réunion du comité, ses membres prétextant que la loi, pourtant en vigueur depuis des décennies – qui fixe l'âge minimum des mariés à 16 ans pour les femmes et 18 pour les hommes –  n'était pas conforme aux enseignements de l'islam. Un des membres, interrogé par l’AFP à l’issue de la réunion, a déclaré : « La charia (loi islamique) ne fixe pas d'âge limite spécifique. Elle dit qu'un individu peut se marier lorsqu'il ou elle a atteint la puberté, et la puberté ne peut être définie par un âge », donc, selon le comité : « Les gens peuvent se marier avec un enfant s'ils pensent qu'il ou elle a atteint la puberté ».
 
Des responsables d'associations de défense des droits de l'Homme ont appelé le Parlement à ignorer les deux recommandations du comité, dénonçant des violations des droits des femmes.  Zohra Yusuf, présidente de la Commission pakistanaise indépendante de défense des droits de l'Homme les a jugées «contraires à l'esprit de la religion». Elle accuse le comité de vouloir « ouvrir un nouveau front contre les femmes» et de renforcer le « siège de l'Etat orchestré par les rebelles», en référence à la rébellion islamiste des talibans qui a tué plusieurs milliers de personnes dans le pays depuis 10 ans, alimentant un contexte d'intolérance religieuse croissante. (Le Parisien)
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]