Aleteia

Prêtre né d’un viol, il pardonne à son père et le confesse

Public Domain
Partager
Commenter

« Dieu m’a permis de devenir prêtre non pas pour juger, mais pour pardonner. »

Un prêtre équatorien explique avoir été conçu d’un viol, lorsque sa mère n’avait que 13 ans. Plus tard, il n’a pas seulement pardonné à son père, il l’a également confessé. « J’aurais pu finir dans une poubelle, mais on m’a donné la vie », a déclaré le Père Luis Alfredo León Armijos, 41 ans, lors d’une interview à ACI Prensa l’année dernière.

Le prêtre a ainsi raconté que sa mère, Maria Eugenia Armijos, devait faire le ménage dans une maison de Loja en Equateur, afin d’aider ses parents à nourrir ses sept frères et sœurs. Elle avait à peine 13 ans lorsque « son patron, profitant qu’elle soit seule, abusa d’elle et la mît enceinte ».

La famille de Maria Eugenia ne l’accepta pas. « Ils ne voulaient pas que l’enfant naisse, et ils ont alors frappé son ventre et lui firent boire des substances pour la faire avorter », explique le prêtre. La jeune fille décida alors de fuir à Cuenca, où elle put donner naissance à Luis Alfredo, né avec des problèmes respiratoires dus au jeune âge de la mère.

Après quelque temps, Maria Eugenia retourna à Loja avec l’enfant. « Elle fut alors sous la protection de son violeur – mon père – qui a reconnu que j’étais son fils et a déclaré qu’il prendrait soin de moi », déclare León, « mais cela ne veut pas dire que leurs relations s’étaient arrangées ».

« Ils ont eu trois autres enfants, mais lui et moi restions très distants », précise le prêtre. Lorsque le Père León eut 16 ans, il fut invité au Renouveau Charismatique : « C’est là que j’ai rencontré pour la première fois le Christ ».

A 18 ans, il décida alors d’entrer au Séminaire de Loja, et à 23 ans il fut ordonné prêtre grâce à une permission spéciale de l’évêque, due à son très jeune âge. Ses parents se sont séparés deux ans après, et sa mère lui avoua alors comment il avait été conçu.

León déclare s’être ainsi rendu compte que « Dieu lui avait permis de devenir prêtre, non pas pour juger, mais pour pardonner. J’ai énormément jugé mon père pour tout ce qu’il avait fait ». Des années après, le jeune prêtre reçut un appel de son père qui allait être opéré. « Il avait peur et il m’a dit : "Je veux que tu écoutes ma confession", déclare León.

« Je lui ai répondu : ‘Père, tu mérites le ciel. Tu mérites la vie éternelle’. A ce moment là, les yeux de mon père se sont remplis de larmes ». 30 ans après, le père de León a reçu le sacrement de la première communion.

« Tu peux réussir à connaitre ton histoire et à haïr ta vie », a-t-il confessé. « Juger Dieu comme je l’ai fait. Mais j’ai découvert que l’amour de Dieu avait été près de moi, et qu’il a accompagné ma vie ». « Tout ce que j’ai est un cadeau. La vie est une splendide don de Dieu », a-t-il finalement conclu.

Le père León est désormais prêtre dans la paroisse de San José à Loja, en Equateur.

Traduit de l’édition italienne d’Aleteia par Mathilde Dehestru.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]