Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les femmes, des « témoins essentiels » pour « ouvrir les portes » au Seigneur

© P.RAZZO/CIRIC
Partager

En cette journée internationale de la femme, retour sur les paroles du pape François

« Les apôtres et les disciples ont eu plus de mal à croire. Les femmes non », a déclaré le pape François à l’audience générale de mercredi place Saint-Pierre.  « Poussées par l’amour, elles témoignent auprès de leurs enfants que Jésus est vivant, qu’il est vivant et ressuscité », a-t-il souligné après avoir rappelé que les femmes ont été les premières à témoigner de la résurrection du Christ, et qu’elles ont joué un « rôle primordial » dans la propagation de la foi.

«  Elles croient et aussitôt elles transmettent ce message, elles ne le gardent pas pour elles,  a dit le pape François . Tel est leur rôle particulier: ouvrir les portes au Seigneur, pour le suivre et communiquer son visage, parce que le regard de la foi a toujours besoin du regard simple et profond de l’amour. »

Ces paroles invitent à une réflexion sur la façon dont les femmes, dans l’Eglise et dans le chemin de la foi, ont été des témoins essentiels, et sur le rôle fondamental qu’elles ont aujourd’hui de faire connaître autour d’elles cette « certitude que le Seigneur est vivant ».

Aleteia a recueilli à ce propos les commentaires de deux religieuses :  Sœur Eugenia Bonetti, combonienne, engagée depuis des années dans la lutte contre la traite des femmes, et Maria Giovanna Ruggieri, présidente de l’Union mondiale des organisations féminines catholiques (UMOFC), un organisme fondé il y a plus de 100 ans, qui rassemble 5 millions de femmes dans le monde.

Que vous suggèrent les paroles du pape François ?
E. Bonetti: L’attitude des femmes qui vont au tombeau de Jésus et le trouvent vide est la même que celle qui nous anime quand, comme nous y invite le pape François, nous allons vers « les périphéries existentielles », vers les personnes blessées par la vie : alors que nous pensons trouver « un corps mort », nous trouvons des femmes et des hommes qui attendent l’annonce d’un Christ capable de vaincre la mort et leur humiliation. Qui mieux qu’un cœur de femme est capable de côtoyer avec tendresse ces lieux de souffrance et d’abandon? Voilà ce que nous suggère la réflexion du pape. Tout ce qu’il nous a dit ces jours-ci, mais surtout le dimanche de Pâques, où il a dénoncé explicitement la traite des êtres humains, est un bel encouragement pour le travail que nous faisons.

Le 15 mars 2013, les sœurs ont célébré 10 ans de leur présence au Centre d’identification et d’expulsion de Ponte Galeria, à Rome, où sont enfermés les immigrés pendant des mois. Tous les samedi après-midi, pendant 10 ans, le sœurs se sont rendues auprès des femmes qui – à une époque où l’on parle pourtant tant de dignité humaine -, sont enfermées derrière des grilles et du ciment, sans espérance et sans avenir. Nous ne pouvions pas faire grand chose, mais nous n’avons jamais cédé. Un jour, une sœur nigériane, à sa supérieure qui lui demandait ce qu’elle faisait à Ponte Galeria, a répondu: « Nous faisons ce que faisait la Vierge Marie sous la Croix : elle ne pouvait rien changer de cette souffrance, mais elle était là ».  Etre présent pour dire « tu n’es pas seule, tu n’es pas seul » : Tel est le sentiment qui habite le cœur de celui qui se met sur le chemin de ceux qui peinent à marcher, et que le pape nous rappelle en évoquant le rôle particulier des femmes qui sont « poussées par l’amour ». C’est ce qu’il a dit aussi aux jeunes détenus de Casal del Marmo en leur affirmant : « Je le fais avec cœur ».

M.G. Ruggieri:  Cette « heureuse » attention que le pape François accorde aux femmes dans l’Eglise,  est pour nous un encouragement et un stimulant à persévérer dans notre travail, tout comme le fait qu’il ait parlé du problème de la traite des êtres humains,  qui est une des priorités de la campagne de sensibilisation que l’UMOFC mène dans plusieurs régions du monde sur le thème de la dignité de la femme. La semaine prochaine justement, aura lieu au Mexique une conférence latino-américaine sur l’exploitation des femmes et les violences portées contre elles, dont Ciudad Juarez est la ville symbole, ville symbole aussi  pour l’Eglise et son combat contre ces violences.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]