Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Gare au jeux sur mobiles faussement gratuits

Desiree Catani
Partager

Les jeux sur téléphones et tablettes peuvent s’avérer coûteux. Attention aux bonus payants téléchargés par vos enfants !

Danny, un petit anglais de 5 ans a dépensé 2000 € en un quart d’heure sur l’iPad de ses parents. Son péché mignon ? Le jeu "Ninja contre Zombies". Vos enfants sont mordus de ce genre de jeux ? Attention aux dégâts ! En plus de le rendre « accro », la nouvelle lubie de votre bambin pourrait bien vous faire mettre la main à la poche.

L’histoire de Danny n’est malheureusement pas un cas isolé. Apple a récemment dû payer 32 millions de dollars en remboursement à des familles dont les enfants avaient malencontreusement fait des achats sans le consentement d’adultes. Les extensions de jeu en ligne représentent un danger certain, tant pour les parents que pour les enfants.

Apple a pourtant développé ces dernières années des techniques préventives (mots de passe a réinitialiser toutes les 15 minutes, configurations anti téléchargement d’extensions, …). Mais les enfants sont décidément plus astucieux que la technologie. C’est surtout qu’ils connaissent bien leurs parents et ne pensent pas à mal en achetant les bonus de leur jeu favori.

Le modèle économique des bonus payants a un nom. On l’appelle le modèle « freemium » car en effet il est au départ basé sur du « free », du gratuit. On retrouve par exemple ce modèle généralement dans les offres de VOD ou d’écoute de musique en ligne. Mais cette première phase, gratuite, n’est que l’effet d’appel. Une fois le consommateur séduit, dans notre cas vos enfants, il faut payer pour continuer le jeu et enrichir l’expérience consommateur.

Là où cela pose problème, c’est que, très souvent, les personnes n’ont pas idée qu’elles sont en train de payer. Les codes de cartes bancaires sont en effet automatiquement enregistrés dans nos terminaux Apple ou Google (« débit par défaut »).

Des plaintes et des inquiétudes se sont levées en masse en Europe contre de telles pratiques. De sorte que la Commission européenne a récemment publié un communiqué de presse sur la question. Dans celui-ci, elle constate que « plus de la moitié des jeux en ligne sur le marché de l’Union sont des jeux annoncés comme «gratuits», alors qu’ils nécessitent souvent l’achat d’applications supplémentaires, parfois coûteuses, en cours de jeu. »

Si le marché des jeux sur mobile est en pleine expansion, créant des emplois et de la croissance, se pose toutefois la question de l’éthique. Aussi, Viviane Reding, vice-présidente de la Commission chargée de la justice, a mentionné que « pour que le secteur en question puisse exprimer son potentiel, les consommateurs doivent avoir confiance dans les nouveaux produits. Il est évident que le bon modèle économique ne consiste pas à induire le consommateur en erreur. »

La Commission demande aux acteurs du marché de trouver des solutions concrètes. Dans cette optique, elle devrait rencontrer les leaders Google et Apple afin de réfléchir à plusieurs pistes d’amélioration.

Pour la Commission européenne, il s'agit tout d’abord de ne pas prendre les consommateurs en porte-à-faux sur les coûts réels de leur jeu. Pour cela, la promotion d’un jeu comme gratuit, alors qu’il sera ensuite payant, est vu comme une erreur car il s’agit d’un « coût caché » pouvant porter préjudice au consommateur. Les « débits par défaut » via un code bancaire enregistré dans l’appareil sont de même vivement critiqués. Enfin, l'autre point essentiel est la question délicate de l’enfant et de son accès aux paiements en ligne qu'il faut pouvoir limiter.
 
Ces améliorations vont sans doute prendre du temps. En attendant, le côté addictif des jeux sur mobile ne doit pas être oublié, les jeunes étant parfois naïfs et manipulables. Alors, pourquoi ne pas initier votre enfant au carême dès aujourd’hui en limitant son usage de l’iPad familial ? 40 jours sans terminal connecté ? Cela vaudrait le coût d'essayer…

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]