Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 janvier |
Conversion de Saint Paul
home iconActualités
line break icon

Les moines trappistes : des hommes d’affaires ?

Gaudium Press - Publié le 04/03/14

Ora et labora (prie et travaille) : le travail, enraciné dans la prière, est une véritable mission pour les moines trappistes.

04/03/2014

« Comment se fait-il que les moines trappistes  rencontrent un tel succès, pas seulement dans leurs activités économiques, mais aussi dans tout ce qu’ils font ? » s’est  interrogé August Turak. Il a tenu à répondre à la question dans sa récente intervention devant les jeunes professionnels du Catholic Information Center à Washington, aux USA.

Qui  est August Turak ?  Bien connu des médias professionnels américains, il a travaillé avec différentes sociétés de télévision, sociétés de logiciels… Ecrivain de renom, il est également contributeur au Wall Street Journal, au New York Times, et à Forbes. Il a été lauréat du concours  du Templeton Foundation's Power of Purpose. Et, aussi et surtout, August Turak est un visiteur assidu de l’abbaye trappiste de Mepkin, en Caroline du sud : il attribue sa propre réussite en grande partie à sa proximité avec les trappistes, ou moines de l’ « L’Ordre cistercien de  stricte observance ».

Les trappistes sont réputés dans le monde entier pour la qualité des produits de leur fabrication destinés à la vente et, par là même, à assurer leur subsistance  financière. Des pains, des biscuits, des fromages, de la bière, et même des cercueils, tels sont notamment les produits d’excellente qualité que l’on peut se procurer dans les “boutiques” des abbayes trappistes, et qui séduisent une clientèle de connaisseurs.

Turak a tenu tout d’abord à mettre en lumière le lien qui s’établit entre la vie de piété, de prière, et le travail dans les abbayes cisterciennes, et qui constitue une partie essentielle de la spiritualité bénédictine.

 « Pour un moine trappiste, prière et travail sont indissociables. Ils sont toujours en train de prier, toujours en train de travailler » , et ces deux pratiques (Ora et labora)  sont étroitement liées. « La prière est travail » –c’est un dur travail de prier – et « le travail est prière ».

C’est ainsi que Turak a souligné le sens mystique du travail chez les trappistes : quand ils travaillent, ils ne sont pas simplement en train de fabriquer un produit, mais cheminent en même temps sur un sentier spirituel. Il s’ensuit que le travail pour les moines constitue un service, et qu'il n’est donc pas entaché d’égoïsme.

Les moines se focalisent non pas sur « la réussite, qui ne constitue nullement leur objectif », mais sur comment cette réussite arrive, remarque August Turak, opposant cette idée à celle qui inspire nombre de sociétés commerciales. Ce sont des moines, et leur vie spirituelle fait que chacun, dans son travail, ne pense pas tant à comment « avoir un produit réussi », qu’à construire une  «communauté ».

Chacun vise en priorité l’intérêt de la communauté, si bien que se créée une culture de la vertu et du travail. Tout concourt à « mettre en premier les autres », affirme-t-il, soulignant que le secret réside dans le service qui cherche à répondre aux besoins de la clientèle, plus que dans le profit, la promotion et l’augmentation du bénéfice de celui qui produit.


Le travail est pour les moines une mission
Un travail assumé comme une offrande à Dieu et un service aux autres, enraciné dans une vie de prière, voilà la clé de la réussite des moines trappistes. D’où l’affirmation de que l’excellence du travail des moines tient au fait qu’ils le considèrent comme ‘’mission’’ : « Ce dont vous avez un réel besoin est d’une mission ».

Cependant, la transformation pour parvenir à considérer ainsi le travail, et la passion ainsi que l’excellence qui en résultent,  sont aussi le fruit d’un travail acharné. « Facile à dire, vraiment difficile à faire. Les moines passent toute leur vie à cela »,  explique Turak.

 « Ce n’est pas malgré leurs standards éthiques que les moines rencontrent un tel succès, mais justement grâce à eux” fait-il observer. L’écrivain affirme qu’ainsi s’accomplit ce que déjà les anciens Grecs proclamaient: « Nous sommes ce que nous répétons», autrement dit, avec ce que nous faisons, nous créons des habitudes qui forgent notre personnalité. Et aussi, « l’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude ». (Aristote)

Article publié initialement par Gaudium Press sur une information de Catholic News Agency, et traduit de l'édition hispanophone d'Aleteia par Elisabeth de Lavigne

Tags:
marketing
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
6
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
7
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement