Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 23 avril |
Saint Georges
home iconÉglise
line break icon

Espagne: ce qui se cache derrière la polémique de la Cathédrale de Cordoue

Alvaro Real - Publié le 28/02/14

Les quelque 8 millions d’euros que rapporte le monument seraient peut-être bien la vraie clef de cette affaire...

28/02/2014

La mosquée-cathédrale de Cordoue, en Andalousie, inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984, est au cœur d’une polémique sur sa propriété et sa gestion. La pétition en ligne d’une personne privée a soulevé des doutes sur le fait de savoir à qui revient la propriété de l’édifice : l’Eglise ou la Ville. À aucun moment n’a été remise en question son utilisation pour le culte catholique, la seule chose qui est contestée est la propriété-gestion de l’édifice. Qui est le propriétaire : le gouvernement régional andalou (la Junta de Andalucia) ou l’Eglise catholique ? Pourquoi est-ce si important d’élucider ce point ?

La pétition en question, qui a recueilli plus de 75 000 signatures, demande d’« arrêter d’utiliser institutionnellement le seul terme de “cathédrale” pour désigner l’ensemble du monument » ; la  « reconnaissance juridique de propriété publique »; « la gestion publique et transparente de la mosquée-cathédrale » ainsi que  « l’élaboration d’un Code de bonnes pratiques ».
Cette pétition a été entendue par la Junte d’Andalousie, qui  a commandé un rapport afin d'établir si elle pouvait réclamer la gestion de l’enceinte qui, depuis 2006, est immatriculée au nom de l’Eglise et deviendra officiellement la propriété de celle-ci en  2016, soit dix ans après son immatriculation.


L’argent des visites derrière la polémique
L’édifice religieux devrait rester catholique, quel que soit son propriétaire. Derrière cette controverse, on trouve en fait l’utilisation et la jouissance des bénéfices juteux que suppose l’argent des entrées. La visite de la mosquée-cathédrale, en effet, coûte 8 euros par personne ; soit, multiplié par le plus d’un million de visiteurs, plus de 8 millions d’euros exonérés d’impôts, puisque considérés comme des dons.

En fait, en 1991, cette gestion ordinaire de la mosquée-cathédrale a été signée moyennant un accord de collaboration entre la Junte et l’évêque de Cordoue. En vertu de cet accord, l’entité ecclésiale apparaissait comme la “titulaire” du monument et la Junte d’Andalousie comme administrateur et responsable des politiques culturelles d’Andalousie. Dans cet accord étaient réglementées toutes les interventions financées par des fonds publics ainsi que l’utilisation des entrées et la gratuité pour les personnes nées ou résidant à Cordoue. Pourquoi alors, en 2014, et en pleine crise, cette “propriété” est-elle remise en question? La clef de cette polémique serait-elle dans ces quelque 8 millions d’euros que rapporte le monument ?

Les différents points de vue sur la polémique
Pour la mairie, la polémique n’existe pas : « pour la mairie de Cordoue et  le Conseil municipal, cela  ne pose pas problème, n’est pas cause de tension », a expliqué José Antonio Nieto, qui souligne que « heureusement la mosquée-cathédrale est en parfait état, parfaitement entretenue et ouverte à tous les visiteurs », de sorte que « respectant » comme elle respecte « toute autre initiative » il note que, pour lui, le débat « n’est pas une priorité ».

Telle n’est pas l’opinion de la Junta de Andalucía qui, par la voix de son porte-parole, Miguel Ángel Vázquez, a déclaré  qu’il estime que la voie de la “propriété publique” est "la bonne", tout en maintenant la gestion exercée  jusqu’ici par l’Eglise, parce qu’elles sont « compatibles ».

De son côté, le chapitre de la cathédrale a tenu à préciser qu’il a “toujours entretenu collaboration et bonne entente avec les administrations publiques, et qu’il n’a été question à aucun moment de remettre en cause ni la propriété ni la gestion du temple ”.

« L’Eglise de Cordoue a rempli la mission qui lui avait été confiée dans trois domaines essentiels: le culte, la culture et la charité. Une tâche qu’elle développe depuis près de huit siècles, publiquement, pacifiquement, et sans interruption en qualité de propriétaire », explique-t-elle dans un communiqué  

Le chapitre conclut en affirmant « qu’il maintiendra cet esprit de collaboration avec toutes les Administrations publiques comme il l’a toujours fait, de façon que tout tourne à l’avantage des intérêts de la ville et des Cordouans, lesquels bénéficient de l’entrée gratuite, au même titre que d’autres groupes ».

Pourquoi cette polémique,maintenant ?
Il est difficile, très difficile de comprendre pourquoi la Junte d’Andalousie suggère que l’Eglise aurait “volé” la propriété de la mosquée-cathédrale, alors que 8 années se sont écoulées depuis son immatriculation à toutes fins légales, et selon une réglementation et une procédure utilisées pour des constructions  de ce type depuis 1863.

Cette année-là la législation espagnole propose une procédure d’immatriculation, qui permet d’accélérer le processus bureaucratique, qui est très lent,  et concerne les biens de l’Eglise sur lesquels il n’existerait pas de titres de propriété écrits. Une procédure toujours en vigueur pour de nombreuses églises et  temples dans la législation espagnole.
Après la prise de Cordoue par Ferdinand III le Saint, le roi restitua l’édifice à l’Eglise, la mosquée ayant été édifiée sur une ancienne basilique wisigothique du IVe siècle. Une cérémonie qui légitime le fait que l’édifice soit propriété de l’Eglise et que celle-ci ait décidé de demander son immatriculation  en 2004, afin de défendre sur un pied d’égalité d’autres églises.

Jamais jusqu'à présent, depuis près de 800 ans que la mosquée a été restituée à l’Eglise, la Junta de Andalucía ni aucun gouvernement n’avait porté atteinte à la liberté religieuse et aux accords de l’Espagne avec le Saint-Siège. Il s’agit d’une polémique pour une question de propriété-gestion dans laquelle le seul intérêt serait l’argent. 

Article de l'édition espagnole d'Aleteia traduit par Elisabeth de Lavigne 

Tags:
Catholiqueespagne
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Marzena Devoud
Prendre soin de son âme, les conseils de trois vieux moines
2
POPE FRANCIS
I.Media
Le pape François lance un marathon de prière pour en finir avec l...
3
WEB2-SINAI-EGYPT-shutterstock_565478749.jpg
Agnès Pinard Legry
Égypte : un chrétien exécuté par l’État islamique dans le nord du...
4
Adalbert d'Esztergom
Caroline Becker
Une capsule temporelle retrouvée au sommet d’une cathédrale
5
Agnès Pinard Legry
Exacerbé par le Covid-19, l’inquiétant recul de la liberté ...
6
Funeral of Prince Philip
Marzena Devoud
L’adieu de la reine Elizabeth à son époux
7
WEB2-DOSES-VACCIN-AFP-080_HL_FSCHEIBER_1387543.jpg
Jesús Colina
L’Église boycotte-t-elle vraiment les campagnes de vaccination ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement