Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Agression d’un jeune handicapé mental dans l’Isère : « Notre société reste intolérante et malveillante. »

Partager

Quatre mineurs âgés de 12 à 16 ans ont été arrêtés après s’être filmés en train de maltraiter leur victime, avant d’en partager la vidéo sur Internet.

"Poster une vidéo dans laquelle ils maltraitent un jeune handicapé sur Facebook : les adolescents agresseurs sont-ils fiers de leurs gestes ? Ont-ils au moins conscience des conséquences de leur attitude sur leur victime ?", s'est insurgée l'Unapei, dans un communiqué diffusé aujourd'hui. "La banalisation d'actes de maltraitance envers les personnes handicapées intellectuelles est odieuse et cruelle. Discrimination, humiliation, coups… C'est le lot quotidien des personnes handicapées mentales en France."
 
Quatre jeunes de 12 à 16 ans s'étaient filmés en train d'agresser dimanche dans le parc de La Poya, à Fontaine, près de Grenoble, un jeune homme handicapé mental, avant de partager leurs "exploits" en ligne. Deux d'entre eux ont été placés en garde à vue lundi après-midi, et les deux autres interpellés mardi matin. Le garçon de 12 ans a été remis à ses parents à l'issue de son audition, les trois autres mineurs devaient être présentés au parquet de Grenoble mardi après-midi.

La vidéo diffusée sur Internet par les quatre jeunes agresseurs avait suscité près de 20 000 commentaires sur Facebook et scandalisé de nombreux parents, dont des parents d'enfants handicapés mentaux, qui l'avaient immédiatement signalée non seulement à Facebook mais aussi à la plateforme en ligne de signalement des contenus illicites de l'Internet. Dans un communiqué, le réseau social a d'ailleurs indiqué avoir supprimé la vidéo mardi midi, aussitôt après avoir eu "connaissance de ce contenu". "Alors que nous encourageons la discussion et la communication, Facebook n'accepte pas les propos haineux et nous ne pouvons pas tolérer les attaques contre des individus à cause de leur origine, nationalité, religion, sexe, identité sexuelle, infirmité ou état de santé", a ajouté le réseau social.

Comme l'a souligné le père de Yoann, le jeune homme agressé, dans une interview à RTL, « ceux qui ont fait ça sont des lâches. (…) On ne s'attaque pas à un handicapé (…), soulignant que "le problème, c'est que si ça peut arriver à Yoann, ça peut arriver à quelqu'un d'autre."  "C'est insupportable de voir que les mentalités n'évoluent pas. Notre société reste intolérante et malveillante, a déclaré pour sa part Christel Prado, présidente de l'Unapei. Nous, parents ne pouvons laisser impunis de tels gestes. Nous devons encore, en 2014, nous battre pour éradiquer ces maltraitances physiques et psychologiques dont sont trop souvent victimes nos enfants."
 
Dans un communiqué, la ministre chargée des personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti a quant à elle a dénoncé une vidéo "terriblement choquante", une "agression barbare" et un "crime". Pour l'Unapei, qui va va déposer plainte et se constituer partie civile au nom de l'ensemble des familles de personnes handicapées mentales qu'elle représente, cette affaire est emblématique de l'échec d'une société qui véhicule encore une image archaïque du handicap mental, dont la méconnaissance et l'incompréhension mènent à des gestes barbares.