Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Nigeria : Nouvelles attaques meurtrières du groupe Boko Haram

AFP PHOTO - LADI TUNJI
Partager

Une centaine de personnes tuées dans plusieurs villages dont 45 fidèles assassinés à bout portant en pleine messe. L’archevêque d’Abuja dénonce et s’interroge sur le phénomène « Boko Haram »

29/01/2014

Plus de 80 personnes ont perdu la vie dans le nord-est du Nigéria au cours d'attaques islamistes contre plusieurs villages le weekend dernier: Kawuri dans l’État de Borno, et Waga Chakawa, dans l’Etat d’Adamawa, selon le quotidien Nigerian The Guardian. Et cela, malgré l’état d’urgence militaire imposé il y a huit mois dans ces Etats à risque.
 
A Waga Chakawa, des tireurs ont envahi l’église locale lors de la messe dominicale et ont abattu 45 fidèles, selon un nouveau bilan rapporté par l’agence Fides. Les assaillants, après avoir enfermé les fidèles dans le lieu de culte, auraient ouvert le feu sur eux sans discrimination.
 
Selon la chaîne Al-Jazeera, le bilan des attaques pourrait être beaucoup plus lourd. Concernant les auteurs, tous les indices semblent indiquer la main du groupe islamiste Boko Haram qui multiplie ses actions sur le territoire.
 
A propos du phénomène Boko Haram, l’archevêque d’Abuja, le Cardinal John Olorunfemi Onaiyekan,  a fait part de sa perplexité : « Nous avons besoin de comprendre comment un jeune de 27-28 ans disposant d’une maîtrise en chimie ou dans une autre discipline finit par vivre dans la brousse ». Pour lui, il est important  d’analyser les aspects sociaux, politiques, économiques et même psychologiques de tels phénomènes, car «  quelque chose s’est passée  dans l’esprit de ces jeunes », a-t-il dit lors d’une conférence de presse au lendemain des attaques. « Pour changer la mentalité » de ces jeunes, « il faudrait les approcher mais pas avec une arme ».
 
Selon le Cardinal, rapporte Fides, il est par ailleurs nécessaire de ne pas sous-estimer la dimension religieuse de l’action de Boko Haram, car si « certains disent que Boko Haram n’a rien à voir avec la religion (…) », pour lui « ce phénomène a beaucoup à faire avec la religion ». Il explique : « Les membres de la secte agissent au cri de « Allah Akbar ! » (Dieu est le plus grand en arabe NDR). Même s’ils criaient « Jésus est le Seigneur ! », il s’agirait encore d’une caractérisation religieuse. Nous perdons notre temps si nous ne reconnaissons pas et n’affrontons pas cet aspect religieux ».
 
L’archevêque d’Abuja  a invité les responsables religieux à affronter ensemble le problème, avec cette conviction que  « d’une manière ou d’une autre, quelqu’un doit briser ce cercle vicieux ».
 
« Le gouvernement a dépensé des milliards pour acquérir toute sorte de gadgets mais ces dépenses ne comptent pas tant que l’on raisonne en terme de puissance de feu contre puissance de feu. Il n’est pas possible de résoudre ainsi le problème de la sécurité », a-t-il commenté devant les journalistes.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.