Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La conversion de saint Paul

par Nicolas-Bernard Lépicié
Partager

Fêté par l'Eglise le 25 janvier, cet événement central dans la vie de Paul de Tarse est une épiphanie : une manifestation de Dieu.

Du blogue de Jacques Gauthier

 
L’Église fête le 25 janvier la conversion de saint Paul. On ne comprend cette personnalité centrale des origines du christianisme qu’à partir de l’expérience foudroyante qu’il a faite du Christ. Dans ses lettres, l’apôtre mystique du Christ ne parle pas de "sa conversion", mais plutôt d’une révélation. "Dieu m’avait mis à part dès le sein de ma mère, dans sa grâce il m’avait appelé, et, un jour, il a trouvé bon de mettre en moi la révélation de son Fils, pour que moi, je l’annonce parmi les nations païennes." (Ga 1, 15-16)
 
Voici un jeune pharisien en route vers Damas pour détruire des chrétiens hérétiques. Tout à coup, vers midi, c’est la révélation, brutale, immédiate, totale. Une lumière venue du ciel l’enveloppe de son éclat, une lumière aveuglante qui prend la forme d’un appel intérieur. Il tombe à terre, regarde la lumière, entend une voix qui lui dit en hébreu: « Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes-tu ? » (Actes 9, 4)
 
Tout commence avec cette lumière et cette voix. L’appel retentit au-dedans de son corps renversé, un appel gratuit dont Dieu a toute l’initiative. Il ressent une présence indéfinissable, répond à la voix par une question : « Qui es-tu, Seigneur ? » Et la Parole faite chemin en lui de répondre : « Je suis Jésus que tu persécutes. » (Actes 9, 5)
 
 Tout est dit. Jésus le crucifié est donc vivant en ces chrétiens qui parlent de résurrection. Paul se rend compte qu’il le persécute en les persécutant. C’est le réveil du Christ en son âme. De zélateur de la loi, il devient le défenseur de la foi au Christ ressuscité. Sa vie, c’est le Christ. « Je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus » (Ph 3, 13).
 
Paul nous montre que toute conversion chrétienne est une expérience pascale. C’est la rencontre personnelle du Ressuscité dans ma vie. Ce contact intérieur débouche sur une mission. Pour Paul, ce sera d’ouvrir le christianisme à toutes les nations par l’annonce de l’Évangile du salut. On connaît la suite.
 
À sa catéchèse du mercredi 25 octobre 2006, Benoît XVI disait: "Une leçon très importante découle pour nous de la conversion de Paul: ce qui compte, c’est de placer Jésus-Christ au centre du sa propre vie, de manière à ce que notre identité soit essentiellement marquée par la rencontre, la communion avec le Christ et sa Parole. À sa lumière, toute autre valeur est rétablie et, en même temps, purifiée de résidus éventuels."
 
Paul demeure un guide spirituel pour tous les chrétiens. Que serions-nous sans ses épîtres? La liturgie nous propose ses textes pratiquement tous les dimanches et parfois en semaine. En ces temps où l’on parle de nouvelle évangélisation, Paul nous rappelle que la puissance du témoignage ne vient pas des techniques, mais de l’union au Christ, de la joie de vivre l’Évangile, sinon elle demeure lettre morte. "Celui qui s’unit au Seigneur n’est avec lui qu’un seul esprit." (2 Co 6, 17)
 
Si vous voulez en savoir plus sur la conversion de Paul, je vous invite à lire en ligne ces quelques pages de mon livre L’expérience de Dieu avec Paul de Tarse.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]