Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Iran : quatre chrétiens arrêtés portés disparus

© DR
Partager

Le crime de ces quatre hommes : s’être réunis à Téhéran pour prier. La police les a arrêtés le Jour de l’An et l’on est depuis sans nouvelles d’eux .

20/01/2014

L'Iran oscille toujours entre diplomatie et réalité : peu après que le nouveau Président iranie eut envoyé un tweet de Noël au Pape François pour la naissance du « Christ, prophète d’amour, de miséricorde et d’amitié », la police iranienne arrêtait quatre chrétiens et les rouait de coups pour avoir osé passer le Nouvel An en prières… On est à ce jour toujours sans nouvelles d'eux.

La police iranienne a arrêté les quatre hommes alors qu'ils étaient réunis dans une maison de Karaj, près de Téhéran, pour y célébrer le Nouvel An en priant. Les policiers, après les avoir passé à tabac, les ont transférés dans un lieu inconnu, rapporte l'agence d'information vaticane Fides. Un autre groupe de chrétiens a également été arrêté aux alentours de Noël dans une maison de Téhéran. Selon les sources locales, relayées par Fides, les pressions sur la communauté chrétienne iranienne se sont intensifiées durant la période de Noël et du Nouvel An.

La police a procédé à de nombreuses perquisitions afin de décourager les fidèles se réunissant dans les «églises domestiques ». Ces réunions constitueraient selon les autorités un danger pour la sécurité nationale. 

Bien qu’il existe des Églises officiellement reconnues en Iran, elles subissent de fortes pressions de la part de l’État, et leurs activités sont surveillées de près, selon l’ONG Portes Ouvertes, qui œuvre à la protection des chrétiens persécutés. Elles n'ont pas le droit d'organiser des cérémonies religieuses le vendredi, ni de célébrer leurs cultes en farsi, la langue officielle du pays. Mais cela n’a pas empêché des milliers d’Iraniens de se convertir au christianisme.

Selon un récent rapport de l’ONG, l’Iran se place parmi les dix premiers pays du monde concernant les persécutions contre les chrétiens, ce qui n’a pas empêché, note Portes Ouvertes, que des milliers d’Iraniens se convertissent au christianisme. 


Si la présence des chrétiens en Iran remonte au IIIe siècle, leur situation n’est pas des plus enviables. Le dernier recensement officiel, effectué en 2006, faisait état d’une forte baisse de la présence chrétienne depuis la révolution islamique de 1979, passant de 300 000 à l'époque, à 100 000 personnes. Toutefois,  cette communauté demeure la minorité religieuse la plus importante d’Iran, juste après les sunnites. Et si certains ont tendance à l’oublier, les chrétiens n’ont pas manqué de rappeler leur existence récemment en criant « Alléluia ! » en plein milieu d’un marché iranien (cf. Aleteia 22/11/2013) .

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]