Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Saint Jean Paul II
Aleteia logo
home iconÉglise
line break icon

Malaisie : l’interdiction de dire « Allah » s’étend

Fides / OPM - Eglises d'Asie - Publié le 07/01/14

Plus de 300 bibles placées sous séquestre et deux chrétiens arrêtés : après l’hebdomadaire catholique Herald, la Bible Society of Malaysia est sanctionnée à son tour.

07 janvier 2014

Depuis octobre dernier, la dispute sur l’usage du terme « Allah » (Dieu) de la part des non musulmans – qui dure depuis 2009 – a pris un tour qui inquiète les chrétiens de Malaisie : plus de 300 exemplaires de la Bible ont été placés sous séquestre et deux responsables chrétiens arrêtés le 2 janvier, dans l’Etat de Selangor.

D’après des précisions fournies par la Bible Society of Malaysia à l’agence Fides, le chef d’inculpation donné par la police : « usage illégitime du terme Allah par les chrétiens ».

Selon une décision de justice d’octobre 2013, qui se référait à l’époque exclusivement aux publications de l’hebdomadaire catholique Herald, le mot ‘Allah’ ne fait pas partie de l’expression de la foi chrétienne et « certaines personnes pourraient être détournées de leur foi », en confondant Allah et le Dieu des chrétiens, expliquait le Malaysian Consultative Council for Buddhism, Christianity, Hinduism, Sikhism and Taoism (MCCBCHST), instance qui est devenue l’interlocutrice privilégiée des autorités pour les questions interreligieuses .

Peu après l’énoncé du verdict du 14 octobre dernier, le Premier ministre malaisien, Najib Razak , avait pris soin de souligner que la décision de justice ne concernait que le seul Herald en Malaisie péninsulaire et ne s’appliquait ni aux liturgies , ni à la Bible, mais les chrétiens Malaisiens ont toujours craint une interprétation extensive de cette décision.

L’épisode du 2 janvier  leur donne raison : il montre « les ambiguïtés encore existantes », dénonce la Bible Society of Malaysia.

Ainsi que cela a été indiqué à Fides, les Bibles placées sous séquestre étaient importées d’Indonésie, pays utilisant lui aussi la langue Bahasha.

En novembre dernier, une équipe d’observateurs des Nations unies, était intervenue sur ce contentieux, demandant au gouvernement malaisien de permettre l’usage du mot « Allah » dans les colonnes de l’hebdomadaire catholique Herald au nom de la liberté d’expression et de religion, et mettant en garde contre « un impact potentiel de vaste portée sur les minorités religieuses en Malaisie ». (Fides)

Selon les chiffres publiés par Fides, les musulmans constituent plus de 60% des 28 millions de malaisiens alors que les chrétiens en représentent environ 9%.

I. C

Tags:
AllahBibleChrétiensMalaisie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
5
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement