Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 juillet |
Sainte Juliette
home iconÉglise
line break icon

Quel est le sens de la fête de Noël ?

La rédaction d'Aleteia - aleteia - Publié le 25/12/13

Loin du consumérisme ambiant, la fête de Noël rappelle aux chrétiens la naissance du Fils de Dieu venu sauver les hommes et les guider sur le chemin de la paix.

24 décembre 2013

Mystère de lumière et d’amour, la Nativité se comprend aussi dans l’optique de Pâques. En Jésus-Christ, Dieu se fait proche de tout homme et l’invite à accepter son amour en toute liberté.

A Noël, c’est un Dieu-humble, un Dieu-amour qui se révèle à l’homme comme un petit Enfant. Il l’invite à se tourner vers Lui avec le cœur d’un enfant et à accepter son amour librement.

A Noël, les chrétiens ne commémorent pas simplement la naissance de Jésus, un personnage historique qui a changé le monde, né dans la province romaine de Judée à l’époque de l’empereur César Auguste. En la fête de Noël, nous rappelons quelque chose d’essentiel pour la foi chrétienne : l’Incarnation du Verbe divin pour la rédemption de l’humanité, un événement que l’Evangéliste Jean résume dans ces quelques mots « Le Verbe s’est fait chair ».

« En cet enfant, enveloppé de langes et déposé dans la mangeoire, c’est Dieu qui vient nous visiter pour guider nos pas au chemin de la paix », affirmait le pape Jean-Paul II.

Mais « une telle chose est-elle possible ? », s’interroge le pape Benoît XVI. « Est-ce digne de Dieu de se faire enfant ? ». Et de répondre : « Pour tenter d’ouvrir le cœur à cette vérité qui illumine l’existence humaine tout entière, il faut plier l’esprit et reconnaître la limite de notre intelligence ».

Dans la grotte de Bethléem, explique-t-il, Dieu se montre à nous comme un humble enfant pour vaincre notre orgueil. Peut-être nous serions-nous inclinés plus facilement si Dieu s’était incarné enveloppé de pouvoir, de richesse et de gloire. Mais Dieu ne veut pas que « nous nous inclinions». Au contraire, « il fait appel à notre cœur et à notre libre choix d’accepter son amour ».

Et, indique le pape Benoît, « Il s’est fait petit pour nous libérer de cette prétention humaine de grandeur qui jaillit de l’orgueil ; il s’est incarné librement pour nous rendre véritablement libres, libres de l’aimer ».

Dans cet enfant nouveau-né, dont les chrétiens contemplent le visage à Noël, se manifeste Dieu-Amour : « Il demande notre amour : c’est pourquoi il se fait enfant ». « Dieu s’est fait petit pour que nous puissions le comprendre, l’accueillir, l’aimer ».
Selon Benoît XVI, sa condition d’Enfant nous indique à nous chrétiens comment nous pouvons rencontrer Dieu. « Celui qui n’a pas compris le mystère de Noël, n’a pas compris l’élément décisif de l’existence chrétienne. Celui qui n’a pas accueilli Jésus avec le cœur d’un enfant ne peut pas entrer dans le royaume des cieux ».

Le 2 décembre dernier, le pape François a rappelé : « Noël n’est pas seulement une fête qui revient chaque année ou le souvenir d’une belle chose» , mais c’est « bien plus : nous allons sur ce chemin pour rencontrer le Seigneur. Noël est une rencontre. Et nous marchons pour Le rencontrer : Le rencontrer avec le cœur, avec la vie ; Le rencontrer vivant, comme Il l’est ; Le rencontrer avec foi ».

Au 13e siècle, saint François marque Noël de son empreinte, en créant la première crèche vivante. A travers cette manifestation de l’humilité de Dieu, il enseigne aux hommes une nouvelle manière de vivre et d’aimer.

L’atmosphère spirituelle particulière qui entoure Noël s’est développée grâce à saint François d’Assise. Dans la fameuse célébration de Noël à Greccio, en 1223, le saint a préparé une crèche vivante, « en offrant une contribution décisive à la diffusion de la plus belle tradition de Noël, celle de la crèche ».

En effet, la nuit de Greccio, avec la représentation de la crèche vivante, « a redonné à la chrétienté l’intensité et la beauté de la fête de Noël, et a éduqué le Peuple de Dieu à en saisir le message le plus authentique, la chaleur particulière, et à aimer et adorer l’humanité du Christ ».

« Avec saint François et sa crèche étaient mis en évidence l’amour désarmé de Dieu, son humilité et sa bonté qui, dans l’Incarnation du Verbe, se manifeste aux hommes pour enseigner une nouvelle manière de vivre et d’aimer », affirme Benoît XVI.

  • 1
  • 2
Tags:
Noël
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
3
MARIAGE
Timothée Dhellemmes
Pass sanitaire : quelles sont les règles pour les mariages ?
4
HIDILYN DIAZ
La rédaction d'Aleteia
Jeux Olympiques : la médaille miraculeuse sur le podium !
5
SCROVEGNI
Agnès Pinard Legry
Les splendides fresques de Giotto désormais au patrimoine mondial...
6
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
7
Martin Steffens
Martin Steffens : « Le pass sanitaire est une défaite de la moral...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement