Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 09 mars |
Sainte Françoise Romaine
home iconAu quotidien
line break icon

Avortement sélectif : L’Europe contaminée

ADEK BERRY

Isabelle Cousturié - INED - Publié le 18/12/13

L'avortement sélectif des filles n'est pas le propre de l'Asie ou de l’Inde : le phénomène s’empare de l’Europe, révèle une étude de l’Institut national d’études démographiques (INED).

18/12/2013

Si l’avortement sélectif des fœtus féminins  est connu et dénoncé en Chine et en Inde, ce phénomène est en augmentation en Europe orientale et gagnerait également certains pays occidentaux, selon une étude de l’Ined, l’Institut national d'études démographiques en France.

 « Ce phénomène n'est pas le propre de l'Asie mais touche aussi l’Europe à l’ouest des Balkans et au sud du Caucase », précisent Christophe Guilmoto, de l’Institut de recherche pour le développement) et Géraldine Duthé (Ined), les auteurs de cette étude, parue dans le dernier numéro  de Population et Sociétés, le mensuel de l’Ined.

Les chercheurs relèvent notamment que : « Dans plusieurs pays d’Europe orientale, le rapport de  masculinité à la naissance est anormalement élevé, en particulier dans le sud du Caucase  (Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie) où il a pu dépasser  115 garçons pour 100 filles, et dans une moindre mesure  dans l’Ouest des Balkans, autour de l’Albanie, où il se  situe autour de 110 (contre 105 normalement) ».

Ils attribuent l’augmentation de la proportion de garçons à la naissance  aux facteurs suivants :

  • La préférence traditionnelle pour les naissances masculines
  • L’accès aux technologies nécessaires à la sélection prénatale (principalement, l’échographie et l’avortement)
  •  L’effet aggravant de la baisse de la fécondité


Selon les chercheurs, l'avortement sélectif gagne également l'Europe occidentale, de manière minime mais réelle, au sein des populations de la diaspora, en particulier parmi les migrants originaires d’Asie. C’est le cas par exemple en Angleterre chez les populations  d’origine indienne où ils observent 113 garçons pour 100 filles parmi les troisièmes naissances. Le même phénomène a été signalé en Italie chez les Chinois, en Norvège chez les Indiens, ainsi qu’en Grèce et en Italie chez les immigrés albanais.

Si on veut jouer d’optimisme, on peut penser comme ces chercheurs, que cette sélection du sexe "ira en s’érodant" parmi ces  populations au fur et à mesure qu’elles s’installeront durablement  dans les pays industrialisés, notamment sous l’effet d’un "abandon progressif des normes patriarcales et de l’amélioration du statut des femmes".  

Mais l’étude relève aussi  qu’au niveau européen, les pratiques discriminatoires sont facilitées par l’utilisation de technologies modernes (examen du sang fœtal ou méthodes pré-conceptionnelles) et apparaissent presque comme une méthode « normale » de choix démographique, mettant ainsi à nu les inégalités entre les sexes.

Ces méthodes font désormais l’objet d’un nouveau débat bioéthique à l’échelle européenne, mais en attendant les gouvernements et les sociétés civiles semblent peu interpellés par ces questions de déséquilibre à la naissance.

A l’occasion de la Journée internationale de la fille, le 11 octobre, une campagne contre le « gendercide » avait été lancée au niveau mondial pour sensibiliser « aux  droits des filles et aux obstacles particuliers auxquelles celles-ci se heurtent de par le monde ».

Christophe Guilmoto et Géraldine Duthé confirment : « Les efforts récents de compréhension du
phénomène sont plus le fait d’une mobilisation internationale que d’une prise de conscience endogène et  n’ont pas encore débouché sur des mesures concrètes, qu’il  s’agisse de campagnes de prévention des avortements sélectifs ou de mesures plus approfondies pour rétablir l’égalité entre les sexes au sein de la famille ».

Si pour la plupart d'entre nous, entendre « c'est une fille » à la naissance d’un enfant  est source de joie immense, de bonheur et de fête, dans de nombreux pays, cette annonce équivaut à une condamnation à mort.  Selon les experts, ce sont 200 millions de femmes qui sont manquantes aujourd’hui dans le monde à cause de cette sélection. (cf. Aleteia).

En savoir plus sur l’étude de l’ined en cliquant sur le lien suivant :
http://www.ined.fr/fr/ressources_documentation/publications/pop_soc/bdd/publication/1661/

Tags:
Avortementethique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Arthur Herlin
En Irak, le pape François bouscule les lignes
2
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
3
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – Le pape François de retour à Rome
4
La rédaction d'Aleteia
Rencontre d’Ur : la belle prière des enfants d’Abraha...
5
NEWBORN
Mathilde de Robien
Dix prénoms féminins dérivés de Joseph
6
Arthur Herlin
Dans la plaine de Ninive, le pape François offre au monde une ima...
7
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement